Nouvelle année, nouvelle devise : attention, on tourne !

Lundi 27 novembre. L’assemblée internationale des apôtres de district vient de se terminer, ainsi qu’une session de groupe matinale du comité financier. Lorsque l’apôtre-patriarche entre dans le studio de son, il est déjà 15 heures. Son allocution pour le nouvel an débute.

Encourager, distribuer de la joie, transmettre de l’espérance : tels sont les motivations du président de l’Église lorsqu’il s’adresse via une vidéo aux 60.000 communautés dans le monde. Les paroles du nouvel an revêtent une importance particulière, elles tiennent une place importante dans le déroulement de l’année et se reflètent en tant que programme de travail dans les nombreux événements, manifestations et actes au sein des communautés. La devise de l’année se veut ligne de conduite, mesure, centre émotionnel. Jusqu’à présent, les devises étaient les suivantes : « À l’œuvre avec amour » (2014), « La joie en Christ » (2015), « Vaincre avec Christ » (2016), « Rendre gloire à Dieu, notre Père » (2017). Le slogan 2018 contiendra une nouvelle fois une déclaration programmatique. Les communautés devront utiliser ce message comme un guide pour traverser l’année.

Des caméras, des micros et des écrans

Retour à l’enregistrement : Il y a quelques années, l’Église territoriale de Rhénanie-du-Nord-Westphalie (Allemagne) a transformé une église qui n’était plus utilisée en studio d’enregistrement. On peut à présent y enregistrer des vidéos. Une pièce insonorisée, éclairée par des projecteurs puissants sans ombre, constitue la base. Au centre se trouve un pupitre, légèrement incurvé et conçu de manière adaptée à l’image. À l’arrière-plan, l’écran est blanc – pour l’instant. Cela doit changer en 2018, car l’Église prévoit d’autres investissements pour avoir des possibilités encore plus adaptées aux caméras. Deux, trois caméras – allant d’une caméra studio hautement professionnelle à une caméra manuelle 4 k – enregistrent les images. Plusieurs microphones garantissent le meilleur son, et le locuteur dispose d’un soutien grâce à un téléprompteur et à divers écrans.

Prière de parler distinctement

L’apôtre-patriarche Schneider a l’habitude – il est assez souvent sous le feu des projecteurs. Quelques instructions données par le réalisateur suffisent. Le premier enregistrement débute : l’allocution pour le nouvel an en français. Beaucoup trop vite, encore une fois, s’il vous plaît. Deux petits points qui manquent de clarté, et il faut refaire ce paragraphe. Jusqu’à ce que tout soit en place, un quart d’heure s’est écoulé. Puis vient l’anglais. Une nouvelle fois, deux prises. Pour finir, le tout est encore enregistré en allemand, et, ici aussi, tout n’est pas parfait du premier coup. Les corrections sont indispensables, et l’apôtre-patriarche est un invité de studio très patient. Au total, il aura fallu sept passages – trois en français, deux en anglais et deux en allemand –, mais l’allocution pour le nouvel an en son et images est prêt en trois langues ! Bravo, apôtre-patriarche.

À présent, c’est au tour du monteur. Les bons découpages sont insérés, les traductions dans les langues correspondantes sont mises en sous-titres, le texte de début et de fin est ajouté. L’enregistrement sera diffusé le 1er janvier, ici sur nac.today et sur nak.org. Et surtout, n’oubliez pas : Le premier service divin de la nouvelle année approfondira ce message !

Infos articles

Auteur:
Date:
Mot-clé:

Peter Johanning
7.12.2017
apôtre-patriarche, nouvel-an