« Nous ne pouvons pas faire autrement que d’aimer »

Il existe de nombreuses bonnes raisons d’ignorer, de mépriser ou même de haïr nos contemporains. Néanmoins : « Persévérez dans l’amour. Ne renoncez pas », exhorte l’apôtre-patriarche. Car : « Nous croyons en la victoire de l’amour. Telle est notre conviction. »

Les chrétiens en Asie mineure au premier siècle : ils étaient persécutés par les autorités parce qu’ils refusaient d’adorer l’empereur romain comme un dieu. L’un d’eux a dû aller en exil, où il a reçu un message divin destiné aux Églises. Celui-ci dit : Je te connais, et je connais tes œuvres, mais j’ai certaines choses contre toi.

C’est ainsi que l’apôtre-patriarche Jean-Luc Schneider a esquissé le contexte de la parole biblique en Apocalypse 1 : 9 qu’il a utilisée comme base à sa prédication du 12 novembre 2017 à Raipur (Inde) : « Moi Jean, votre frère, et qui ai part avec vous à la tribulation et au royaume et à la persévérance en Jésus, j'étais dans l'île appelée Patmos, à cause de la parole de Dieu et du témoignage de Jésus. »

Dans le royaume de Dieu

« Le premier point important est le suivant : Nous avons part au royaume de Dieu. » Finalement, à travers Jésus-Christ, les hommes ont pu faire l’expérience de la présence de Dieu, de son amour et de sa grâce sur terre. « Aujourd’hui, à travers l’Esprit-Saint, nous faisons l’expérience de la présence de Dieu, de son amour et de sa grâce. »

Deuxième point : Le royaume de Dieu est présent. « Grâce au Fils de Dieu, il a été érigé sur terre. Christ a vaincu le mal et la mort. » – « Nous profitons aujourd’hui de cette victoire. À travers lui et avec son aide, nous pouvons surmonter le mal. Il doit également être le roi dans nos cœurs. »

Et troisième point : « Nous attendons le royaume de Dieu futur. Là, il n’y aura plus de place pour le mal, la souffrance ni pour la mort. Nous attendons la venue de Christ, qui nous conduira dans son royaume. »

Dans la tribulation

Les premiers chrétiens souffraient de la persécution. « Nous aussi, nous vivons dans un temps de tribulations », a expliqué le président de l’Église :

« Pour de nombreux hommes, l’argent et les biens sont des dieux qu’ils servent. Tout tourne autour de la réussite, de l’argent et de la prospérité. Certes, nous voudrions mieux vivre, mais pas à tout prix. Nous n’en faisons pas notre idole. Notre Dieu est Jésus-Christ. Le salut de l’âme est une priorité pour nous. » Avec cette attitude, nous nous retrouvons parfois isolés au sein de la société, nous vivons dans un certain exil.

« La tentation des premiers chrétiens consistait en ce que le retour de Christ qu’ils attendaient n’ait pas lieu », a-t-il ajouté. « Lorsque nos demandes et nos souhaits ne sont pas exaucés, c’est une épreuve. Pour nous, il s’agit d’abandonner nos idées qui déplaisent à Dieu. »

Dans l’amour

Aujourd’hui comme autrefois, les mêmes dangers menacent, a déclaré l’apôtre-patriarche en évoquant les avertissements donnés aux Églises d’Asie mineure :

Parce que tu es tiède : « Être tiède signifie faire des compromis. » Selon la devise : « Il faut voir ce qui est possible, on ne peut pas toujours obéir aux commandements. Est-ce si grave si l’on ment une fois et si l’on n’est pas tout à fait sincère ? » Cependant : « Jésus a fait dire aux Églises : Prenez garde, un grand danger rôde ! »

Je sais que tu passes pour être vivant, et tu es mort : Une foi sans œuvres n’est rien de plus qu’une religion issue de la tradition. Et « une religion issue de la tradition n’est pas une foi vivante ».

Ce que j’ai contre toi], c’est que tu as abandonné ton premier amour : « C’est parce que les gens ne sont pas gentils avec toi, parce qu’ils sont contre toi que tu as arrêté d’aimer ton prochain. Dans le meilleur des cas, tu es indifférent à l’égard d’autrui, dans le pire des cas, tu le hais. C’est un grand danger ! »

Qu’est-ce qui peut nous protéger de ces dangers ? « Pratiquez le bien à l’égard de votre prochain et respectez les commandements. Persévérez dans l’amour », est l’appel lancé par l’apôtre-patriarche Schneider : « Il existe de nombreuses bonnes raisons de ne pas aimer autrui. Cependant, nous ne pouvons pas faire autrement que d’aimer, car l’amour de Dieu est déversé dans nos cœurs à travers le Saint-Esprit. Nous croyons en la victoire de l’amour. Telle est notre conviction, telle est notre foi. »

Infos articles

Auteur:
Date:
Mot-clé:

Andreas Rother
6.12.2017
Inde, Service divin