La nouvelle création ne fait pas de différences

La gloire éternelle est-elle une société à deux vitesses ? Dans un courrier à caractère doctrinal, l’apôtre-patriarche révise certaines conceptions du passé. Ce qu’il justifie par une pensée biblique tout simple et claire.

Même si l’ouvrage officiel du « Questions et réponses » ne l’exprimait pas aussi clairement : Longtemps, on considérait comme un dogme, au sein de l’Église néo-apostolique, le fait que seuls ceux qui avaient été scellés auraient pleinement part au salut éternel. « Le lieu que le Seigneur prépare n’est pas destiné au grand public », était-il notamment écrit en 1995 dans une circulaire de la direction de l’Église destinée à tous les apôtres. Et dans son interprétation renommée de l’Apocalypse, un apôtre de district a fait la différence, en 1968, entre les membres de la maison de Dieu et les sujets restants, qui ne font qu’occasionnellement l’expérience de sa proximité.

L’objectif n’est pas de critiquer …

L’apôtre-patriarche Jean-Luc Schneider répond à de telles pensées dans un courrier à caractère doctrinal qui a pour titre : « Le salut dans la nouvelle création ». Le texte s’appuie sur un exposé spirituel de l’assemblée des apôtres de district, et a dans un premier temps été publié dans le hors-série n° 2 des « Pensées directrices » destinées aux frères du ministère. À présent, ces déclarations sont publiées dans le magazine des membres « community » ainsi que dans d’autres publications de l’Église néo-apostolique.

« L’objectif de ces explications n’est pas de critiquer ni les déclarations doctrinales de nos « pères » ni les convictions de nos frères et sœurs », souligne le président de l’Église, « mais il est nécessaire de renvoyer à l’Évangile, à l’amour et à la grâce de Dieu, et d’exhorter à s’orienter à lui. »

La réponse issue de la Bible

L’Apocalypse selon Jean parle de la « nouvelle Jérusalem », de serviteurs qui servent Dieu et qui règneront avec lui. L’Église-Épouse occupera-t-elle donc une place particulière dans la nouvelle création ?

« Une telle pensée n’est pas compatible avec l’attitude humble demandée par Dieu pour un chrétien », constitue une partie de la réponse. « Comment peut-on affirmer avoir mérité davantage que les autres dans le royaume de Dieu, tout en sachant que personne ne peut y entrer sans avoir reçu la grâce de Dieu ? ».

Mais surtout : « Une telle conception n’est pas conforme au témoignage du Nouveau Testament », souligne l’apôtre-patriarche. Et il renvoie au passage en I Corinthiens 15 : 28, selon lequel Dieu sera « tout en tous ». « Si déjà Dieu est tout en tous, il ne peut rien y avoir au-delà. Il n’existe rien qui soit plus grand que la plénitude de la vie éternelle, que la communion éternelle avec la Trinité divine dans sa gloire et dans sa lumière ! »

La question de l’élection et de la motivation

Le président de l’Église cite aussi des réactions possibles à la pensée de l’absolue égalité, dans la gloire éternelle, entre tous ceux qui se sont décidés pour Christ. Par exemple : « Si les autres reçoivent la même chose que nous à la fin, pourquoi devrais-je faire davantage que les autres ? »

Sa réponse est la suivante : « L’Épouse se distingue par la profondeur de son amour envers l’Époux. En elle brûle le souhait d’être en communion avec Celui qu’elle aime. » Et : « La seule perspective d’être avec le Seigneur sans devoir attendre le Jugement dernier lui suffit comme motivation. »

Mais avant tout : « L’amour pour le Seigneur est indissociable de l’amour du prochain. » Ainsi : « Si nous aimons comme Jésus, nous ne nous indignons pas lorsqu’il accorde la même chose qu’à nous à notre prochain ... »

« D’autres craignent que l’on puisse remettre en question notre élection. » La réponse à cela : « Nous n’avons pas été élus pour être les seuls à être sauvés, mais plutôt pour avoir la possibilité d’être les premiers à trouver le salut. » Et : « L’élection est en premier lieu une vocation : Nous sommes appelés à servir le Seigneur, à proclamer les bienfaits de Dieu et à en témoigner – aujourd’hui et dans le royaume millénaire de paix. »

Le véritable amour ne vise pas les privilèges

C’est pourquoi l’apôtre-patriarche Schneider encourage les frères et sœurs à ménager suffisamment d’espace à l’adoration de Dieu et stimuler l’amour pour Dieu et pour le prochain. Car : « Quelqu’un qui a conscience de la majesté de Dieu sait apprécier la grâce que Dieu lui accorde pour avoir accès à sa gloire. » Et : « Le véritable amour ne vise pas la récompense ni les privilèges. »

« La motivation vient de la confiance et de l’amour pour Dieu et du désir de vivre en communion éternelle avec lui », est-il écrit en conclusion. « Lorsque cela est présent, on aspire également à ce que de nombreuses personnes vivent dans une telle communion ! »



Photo : psdesign1 - fotolia.de

Infos articles

Auteur:
Date:
Mot-clé:

Andreas Rother
3.04.2018
Déclarations doctrinales