La bénédiction sur deux plans, en coup double

Qu’est-ce que la bénédiction ? La santé, la réussite, la prospérité ? Pas forcément, car les dons de Dieu sont plutôt d’ordre spirituel. Extrait d’un service divin de l’apôtre-patriarche : la bénédiction divine sur deux plans, en coup double.

Daniel et ses amis étaient en bonne santé, alors qu’ils avaient refusé de payer le prix qu’exigeait leur carrière : ils devaient manger les mets présents sur la table du roi, et ainsi bafouer les commandements de leur foi. Cependant, ils sont restés fidèles à Dieu, et Dieu leur a accordé sa bénédiction.

« Et comment se manifeste cette bénédiction ? » C’est la question qu’a posé l’apôtre-patriarche Jean-Luc Schneider au cours du service divin du 22 janvier 2017 à N’Djamena (Tchad), qui était basé sur la parole biblique en Daniel 3 : 17-18. Il a donné une réponse en quatre points à cette question.

Une question de priorités

« Il nous faut travailler, il nous faut gagner notre vie pour avoir de quoi manger, de quoi nous habiller, de quoi nous loger. » Et aussi : « Il est tout à fait normal que nous ayons envie de réussir notre vie. Il est tout à fait normal que nous ayons envie d’être heureux dans cette vie. » L’exemple de Daniel et de ses amis « nous montre simplement comment il faut faire. »

« Notre première priorité, c’est le royaume de Dieu », a souligné l’apôtre-patriarche. « Nous avons promis de respecter ses commandements. Nous avons promis de nous préparer en vue du jour du Seigneur. » C’est pourquoi : « Il faut que nous fassions les deux » – travailler à notre prospérité et rester fidèle dans la foi. « Alors Dieu nous donnera sa bénédiction. »

Notre bénédiction et celle d’autrui

Notre bénédiction réside dans

  • notre réussite, si elle ne nous prive pas de notre foi en Jésus/Dieu : « Nous avons gardé Jésus ! Nous avons la paix dans notre cœur, nous avons le salut. »
  • notre absence de réussite, si elle ne nous prive pas de notre foi en Dieu : « Nous n’avons pas vendu notre âme au diable, nous ne sommes pas aigris, nous sommes heureux en Christ. »

La bénédiction d’autrui réside dans

  • notre réussite si celle-ci ne nuit pas à autrui : « Celui qui respecte les commandements ne blesse jamais son prochain. »
  • notre réussite, si ce type de réussite sert de modèle à autrui : « Cela montre qu’il est possible de faire ce que Jésus nous demande. »

La conclusion de l’apôtre-patriarche était la suivante : « Dieu bénit le travail de ceux qui lui obéissent, en leur accordant la paix. »

Infos articles

Auteur:
Date:
Mot-clé:

Andreas Rother
15.03.2017