Tu n’es pas seul !

« Je n’ai jamais autant apprécié d’aller à l’école le samedi. » C’est en ces termes que l’apôtre-patriarche Schneider a pris congé des frères et sœurs de Ho (Ghana), où il a célébré un service divin dans l’auditorium de la Maluwi School le 26 mars dernier.

Comme base de ce service divin, le primat de l’Église a choisi la parole biblique tirée de Jean 8 : 29 : « Celui qui m’a envoyé est avec moi ; il ne m’a pas laissé seul, parce que je fais toujours ce qui lui est agréable. »

L’apôtre-patriarche Schneider a commencé sa prédication par une référence à la devise de l’année Ensemble en Christ : « C’est une grande joie de vous rencontrer et de nous réunir ici, dans ce bel endroit. Nous sommes heureux d’être ensemble, mais ensemble en Christ. Nous sommes ensemble parce que nous avons le même Sauveur et le même Maître. Nous sommes ensemble parce que nous avons le même but. Nous voulons devenir semblables à Christ et nous voulons être avec Christ dans son royaume. »

C’est la raison pour laquelle les croyants se préparent ensemble au retour de Christ, a indiqué l’apôtre-patriarche. Et il a continué en précisant qu’il est nécessaire de s’enquérir sans cesse de la volonté de Dieu et de s’y conformer.

Jésus a accompli cette volonté. Il « a écouté le Saint-Esprit et a cru à son message. Il a cru que Dieu était son Père aimant, que le salut de tous les hommes était la volonté de Dieu et qu’il avait été envoyé pour apporter sa contribution au plan de salut divin. »

Le primat de l’Église a poursuivi en disant que Jésus connaissait la volonté de Dieu et qu’il l’avait exécutée, avec obéissance.

Un exemple tiré de la vie quotidienne

Dans la vie humaine, il y a différentes raisons pour lesquelles quelqu’un peut être obéissant, a dit l’apôtre-patriarche : « Souvent, les gens sont obéissants ; ils obéissent au Seigneur parce qu’ils ne veulent pas être punis. »

À cet égard, le responsable international de l’Église a fourni un exemple de la vie quotidienne. Dans la circulation routière, personne ne pense qu’il est dangereux de rouler un peu plus vite que la vitesse prescrite. Les gens ont peur de se faire arrêter par la police et de devoir payer une amende.

Ils sont donc obéissants par peur d’être punis.

« D’autres sont obéissants parce qu’ils espèrent recevoir une récompense. Ils disent : Ok, si je suis obéissant, si je fais ce qu’on me dit, je serai récompensé. »

Christ a été obéissant parce qu’il aimait Dieu et les hommes et qu’il voulait être un avec son Père, a indiqué l’apôtre-patriarche Schneider. Jésus a dit lui-même : « Ma nourriture est de faire la volonté de mon Père ». Jésus a ainsi exprimé que faire la volonté de Dieu était aussi important pour lui que de se nourrir.

Jésus « a aussi accepté d’apprendre à être obéissant. Et une chose est très intéressante : il a dû apprendre à être obéissant en tant qu’homme ». À ce sujet, l’apôtre-patriarche a poursuivi en expliquant que Jésus s’était laissé guider par le Saint-Esprit. Ainsi, au début de son activité, il s’est tourné exclusivement vers le peuple juif. « Mais par la suite, il a rencontré plusieurs païens très croyants. Il a rencontré la femme grecque. Il a rencontré le soldat romain. Ce n’étaient pas des personnes juives », a relaté l’apôtre-patriarche. « Mais Jésus était impressionné par eux, et, à travers ces rencontres, le Saint-Esprit l’a enseigné. » C’est grâce à ce processus d’apprentissage que Jésus a ensuite pu faire cette déclaration : « Je suis envoyé pour tous ceux qui croient en moi. Tous ceux qui croient en moi auront la vie éternelle. »

Que ma volonté ne se fasse pas

L’apôtre-patriarche a poursuivi en disant que même lorsque la situation s’est avérée difficile, Jésus a placé la volonté de Dieu au-dessus de sa propre volonté. Cela apparaît clairement dans la déclaration en Luc 22 : 42 : « Toutefois, que ma volonté ne se fasse pas, mais la tienne ».

En ayant été totalement uni à son Père, Jésus a pu vivre particulièrement la proximité de Dieu. Jésus savait : « Dieu tient tout dans sa main, il ordonne et tout se déroule selon son plan. Dieu est à l’œuvre et ceci était un grand réconfort pour lui. Je ne suis pas seul. Dieu est à l’œuvre. Il travaille pour moi ; il travaille pour son plan. »

L’apôtre-patriarche a énuméré les points montrant que Dieu a toujours envoyé de l’aide à son Fils :

  • « Il lui a d’abord donné des disciples qui étaient à ses côtés. Il a bénéficié de l’aide de quelques femmes, de quelques hommes et de bons amis. »
  • « Sur le mont des Oliviers, il reçut l’aide d’un ange envoyé par Dieu pour le fortifier. »
  • « Puis, lorsqu’il fut forcé de porter sa croix, Dieu lui envoya Simon de Cyrène pour la porter. »

Dieu a ainsi montré à Jésus qu’il n’était pas seul. Il lui a envoyé des hommes et des anges pour l’aider. « Dieu l’a aidé à rester fidèle et à résister à la tentation jusqu’au bout, avec l’aide de Dieu il a pu accomplir sa mission de manière parfaite. Puis, Dieu a fini par l’élever. »

Es-tu prêt ?

À la fin de sa prédication, l’apôtre-patriarche a posé la question suivante : « Et toi, qu’en est-il ? Sa volonté est que tu aimes Dieu et ton prochain. Sa volonté est que tu lui fasses confiance et que tu le suives par amour. Sa volonté est de te faire entrer dans son royaume, mais aussi ton frère, ta sœur et ton prochain. Et sa volonté est que tu contribues à leur salut. Sa volonté est que tu contribues à l’unité de l’Église. Es-tu prêt à faire la volonté de Dieu ? »

Infos articles

Auteur:
Date:
Mot-clé:

Simon Heininger
13.04.2022
Ghana, apôtre-patriarche, Service divin