Histoire de l’Avent : « Chacun donne ce qu’il a »

Ambiance de l’Avent – joie de Noël ? Malheureusement, ce n’est pas le cas partout. Même en ces jours précédant la fête de la paix célébrée par la chrétienté, les disputes et les guerres, l’égoïsme et le harcèlement se poursuivent. Voici quelques pensées pour l’Avent :

Il existe une belle histoire, qui, même si ce n’est pas une histoire de Noël, est néanmoins tout à fait de circonstance : Un propriétaire d’une maison s’irrite de voir les feuilles du grand arbre du jardin voisin tomber précisément sur sa pelouse parfaitement entretenue en automne. À chaque fois, il les ramasse et les rejette par-dessus le grillage sur la pelouse du voisin

Ce dernier observe le manège et, bien sûr, s’en irrite lui aussi. La dispute plane dans l’air. Cependant, au lieu de lui rendre la pareille, le propriétaire de l’arbre achète une grosse boîte de chocolats, l’emballe dans un beau papier et la dépose devant la porte de son voisin.

Celui-ci est très étonné en ouvrant le paquet. À l’intérieur, il trouve un billet où il est écrit : « Chacun donne ce qu’il a. »

Et que donnons-nous ?

Et que donnons-nous à notre voisin : des chocolats ou des feuilles, des choses sucrées ou des choses aigres, du temps ou des disputes ? Ce n’est que lorsque nous arrêterons de faire de fausses promesses ou de dire de vaines paroles que Noël pourra venir. Ce n’est que lorsque nous réussirons à faire preuve de tolérance et de patience à l’égard des erreurs de notre prochain que Noël sera beau.

Le calcul, selon lequel toute injustice subie doit être rendue de la même manière, est faux. Ce calcul est humain et n’est pas conforme à l’Évangile. Les bonnes paroles ne font de mal à personne. Noël a besoin d’ambiance, de maintien, de sentiments. Il faut un certain temps pour se mettre dans l’ambiance de cette fête de la paix, pour s’y préparer et s’y engager. L’Avent est une telle période.

L’Avent libère l’esprit

« adventus domini » – l’arrivée du Seigneur – ne doit pas nous exaspérer, mais nous modérer. L’homme doit (re)trouver son équilibre, se « dépoussiérer » du quotidien. Il n’y a que peu de jours par an où cela est vrai comme au moment de l’Avent. Car : Quiconque attend dans la joie sera accueilli dans la joie. Quiconque sème la paix récolte aussi la paix. Quiconque juge avec patience sera aussi jugé avec patience. Ce temps est nécessaire pour comprendre cela : le temps de l’Avent.

Dans un joli chant pour enfants, il est dit : « Si chacun donne ce qu’il a, tous seront rassasiés ! » Dans cet esprit : nous vous souhaitons un beau deuxième dimanche de l’Avent !


Photo: Evgeniy Kalinovskiy / fotolia

Infos articles

Auteur:
Date:
Mot-clé:

Peter Johanning
9.12.2017
Avent, Noël