Un pionnier à Berlin et en Prusse orientale

Huit croyants dans une mansarde : c’est ainsi que tout a commencé pour les 20 communautés berlinoises actuelles. Un nom y est étroitement lié : Ernst Traugott Hallmann, dont on commémore le centenaire de la mort le 20 mars.

Ernst Traugott Hallmann est né le 21 décembre 1854 à Altschönau a.d. Katzbach, en Silésie, aujourd’hui Świerzawa (Pologne). À l’âge de 19 ans, il a découvert la foi néo-apostolique grâce à l’apôtre Johann August Ludwig Böseke, qui l’a scellé peu de temps après.

Ses parents ont été choqués par cette décision. Ils n’avaient que faire de la nouvelle foi de leur fils. Ils lui ont interdit l’accès à leur maison, et son père a même voulu le déshériter. Cette rupture a duré 15 ans, jusqu’à ce que les parents aient aussi accès à la foi de leur fils et adhèrent à l’Église néo-apostolique.

La dernière chemise pour sa communauté

Quatre ans après son saint-scellé, Ernst Traugott Hallmann servait déjà en tant que prêtre ; il a été transféré à Berlin, où il célébrait les services divins avec huit frères et sœurs dans une petite mansarde du quartier des pécheurs de l’ancien Berlin. Les frères et sœurs de sa communauté le décrivaient comme « un serviteur animé de l’amour de Jésus ». Grâce à son activité, la communauté de Berlin a pu se développer lentement mais de façon constante. La communauté a rapidement compté 30 frères et sœurs, et la mansarde est devenue trop exigüe.

La communauté a certes trouvé un nouveau local, mais la situation économique posait problème. Le conducteur de la communauté Hallmann se voyait donc régulièrement contraint à prendre une mesure particulière : souvent, il apportait sa meilleure redingote au mont-de-piété afin de pouvoir payer ponctuellement le loyer de l’église avec l’argent emprunté.

De Berlin à Königsberg

En 1893, Ernst Traugott Hallmann a été ordonné dans le ministère d’évêque pour Berlin et la Prusse orientale. Son apôtre à l’époque, le futur apôtre-patriarche Friederich Krebs, a envoyé l’évêque à Königsberg. Les frères et sœurs vivant dans cette région étaient très dispersés et avaient besoin d’une attention particulière. Au cours du premier trimestre, l’évêque Hallmann avait déjà réuni un petit groupe de frères et sœurs, qui s’est peu à peu agrandi.

L’évêque Hallmann ne pouvait s’acquitter de sa tâche en Prusse orientale qu’en mobilisant toutes ses forces. Il devait souvent parcourir de longs chemins à pied, durant plusieurs heures, dans la neige et la glace, de sorte qu’il était souvent complètement épuisé. Et les longs trajets en train, debout en quatrième classe, le poussaient également jusqu’à ses limites physiques. Grâce à son grand engagement, les communautés de ce district se développaient continuellement, si bien qu’un district autonome de Prusse orientale a pu être créé en 1897.

Le 19 septembre 1897, à Königsberg (aujourd’hui Kaliningrad), l’apôtre-patriarche Friedrich Krebs a ordonné l’évêque Hallmann dans le ministère d’apôtre. Dans les années qui ont suivi, le nombre des chrétiens néo-apostoliques a augmenté dans son district apostolique, si bien que plus de 30 communautés ont vu le jour jusqu’à son retour à Berlin en 1905. Des rapports publiés dans le magazine de l’époque, « Le Héraut », décrivent les performances extraordinaires de l’apôtre. À l’occasion des fêtes de Noël de l’année 1901, par exemple, l’apôtre a scellé 71 âmes au cours de deux services divins. Selon les statistiques de l’année 1902, près de 500 âmes ont été scellées en Prusse orientale.

De retour à Berlin

L’apôtre Hallmann a de nouveau été envoyé à Berlin par l’apôtre-patriarche Krebs en janvier 1905, en transmettant le district bien géré de Prusse orientale à l’apôtre Wilhelm Oehlmann nouvellement ordonné. L’apôtre-patriarche Krebs est décédé avant que l’apôtre Hallmann n’ait pu prendre ses fonctions dans son nouvel ancien district. Son successeur, l’apôtre-patriarche Hermann Niehaus, s’en est tenu à cette décision, confiant à l’apôtre Hallmann les 50 communautés du district de Berlin. Au cours des 17 années durant lesquelles l’apôtre Hallmann a servi les chrétiens à Berlin, le district de Berlin s’est également agrandi à 146 communautés, comptant environ 20 000 membres

Dans les années qui ont précédé son décès, l’apôtre Hallmann souffrait d’asthme sévère, il est décédé à l’âge de 68 ans. Lors du service funèbre, l’apôtre-patriarche Niehaus s’est exprimé à son sujet : « Avec le défunt, j’ai vu les débuts de l’Œuvre de Dieu, lorsqu’elle était encore petite et modeste ; avec lui, j’ai partagé les joies et les peines durant de longues années. À présent, l’Œuvre a grandi, et nous pouvons aujourd’hui rendre grâces à Dieu d’avoir pu agir en lui, à la fois par la volonté et par l’accomplissement. »

Infos articles

Auteur:
Date:
Mot-clé:

Simon Heininger
21.03.2022
Personnalité