Avec courage dans le dernier mois de l’année

« Qu’est-ce que Dieu, en fait ? », demandent les enfants. Et leur question est légitime. Et il est plus facile qu’il n’y paraît d’y trouver une réponse : demandons à Jésus-Christ – il sait ce qu’est Dieu. Ce thème sera l’objet des prédications néo-apostoliques au cours du service divin du 2e dimanche de l’Avent.

Le mois de décembre constitue la période de l’Avent, les services divins en témoigneront. Le thème commun aux dimanches du mois de décembre est : « Le Seigneur vient », il conduit les chrétiens au centre de la foi chrétienne.

Reconnaître Dieu en Christ

« Nous savons aussi que le Fils de Dieu est venu, et qu'il nous a donné l'intelligence pour connaître le Véritable ; et nous sommes dans le Véritable en son Fils Jésus-Christ. C'est lui qui est le Dieu véritable, et la vie éternelle. », est-il écrit en I Jean 5 : 20. « L’intelligence – la connaissance », deux termes qui prêtent à réfléchir. Quiconque veut comprendre ces termes a besoin de bons indices : Jésus-Christ est venu ouvrir les yeux des hommes sur ce qu’est Dieu. Ainsi, quiconque veut se représenter Dieu doit penser à Jésus-Christ. C’est sur lui que nous pouvons reconnaître la nature de Dieu. Et ce Jésus-Christ l’a clairement démontré : Dieu est amour.

Christ vient

La prédication du 3e dimanche de l’Avent est marquée par une déclaration de Jean-Baptiste qui peut sembler compliquée : « Celui qui vient après moi m’a précédé ». De prime abord, cela peut sembler illogique, d’une certaine manière irréaliste mais pourtant si facile à comprendre : Jean-Baptiste se définissait comme le précurseur de celui qui était depuis toujours – Jésus, la parole éternelle, le logos, le Fils de Dieu !

La période de l’Avent incite particulièrement à s’interroger sur le sens de la vie chrétienne. En tant qu’imitateurs de Christ, les chrétiens sont exhortés à préparer la voie au Seigneur qui vient. Leur objectif premier est de se préparer en vue de son retour, de laisser grandir la confiance en Dieu ainsi que l’amour et le service mutuel. Pour eux, le service divin n’est pas seulement l’occasion de puiser de la joie, de la paix et de la consolation, il fait toujours aussi partie d’un processus de maturation spirituelle. L’Église-Épouse doit se développer.

Christ est proche

La prédication du 4e dimanche de l’Avent sera marquée par la joie. En Philippiens 4 : 4, Paul aborde cette joie irrépressible. À l’époque, l’Église se trouvait dans une situation d’oppression. Les représailles externes ainsi que les conflits internes provoqués par l’apparition de faux prophètes ont incité l’apôtre à fortifier les chrétiens avec la pensée de la joie.

C’est encore un message important aujourd’hui. La joie chrétienne ne doit pas être dépendante de certaines humeurs et conditions de vie. Que la plus grande joie de l’Église dans l’attente soit la joie de l’Avent ! L’Avent signifie : Christ vient bientôt et il est proche, au sein de l’Église et dans la vie quotidienne.

Christ nous éclaire

À Noël, les chrétiens célèbrent la naissance de Jésus partout dans le monde. Pour les uns, c’est l’hiver, pour les autres, l’été. Certains vivent dans l’opulence, d’autres ont besoin de soutien. Certains sont entourés d’une grande famille, tandis que d’autres n’ont personne. Seule la joie de Noël est la même pour tous, puisqu’elle repose sur leur foi commune : Dieu est amour. Il a envoyé son Fils sur la terre pour nous sauver. Avec lui est venue la « véritable lumière » dans le monde, qui éclaire depuis notre vie.

Jésus-Christ a montré que Dieu aimait tous les hommes, sans exception. Aussi ceux que la société ignorait, méprisait et même rejetait. Il a pris soin des pauvres, des veuves, des enfants, des étrangers et des malfaiteurs.

Les chrétiens en tirent la conclusion suivante : eux aussi, veulent être une lumière pour autrui. « Chrétiens, soyez une lumière dans ce monde ! »

Croire dans l’affliction

Finalement, les bougies de Noël s’éteignent à nouveau – ce qui reste, c’est la joie de la proximité de Dieu au-delà des fêtes. Il sera proche même dans les jours de tourmente. L’apôtre-patriarche s’est exprimé à ce sujet : « Cette année, la vie de beaucoup d’entre nous a été fondamentalement transformée par des événements que personne n’aurait pu prévoir. Mais Dieu n’a pas changé. Son amour pour nous est resté le même, son plan de salut n’a pas changé. Le retour du Seigneur n’est ni annulé ni reporté. »

C’est dans cette perspective et avec une grande confiance en Dieu que nous entrons avec courage dans la nouvelle année.



Photo : pemaphoto - stock.adobe.com

Infos articles

Auteur:
Date:
Mot-clé:

Peter Johanning
1.12.2020
Divine service