L’année liturgique touche doucement à sa fin

Cette année, le mois de novembre compte cinq dimanches. L’année liturgique se termine, et la période de l’Avent commence déjà en ce dernier dimanche du mois. Une année passe vite. C’est une raison suffisante pour se préoccuper des « fins dernières ». Il s’agit là d’une pensée théologique fondamentale.

Le théologien désigne la « doctrine des fins dernières » par le terme d’ « eschatologie ». Il s’agit de la vie après la vie terrestre : résurrection, vie éternelle, retour de Christ, royaume de paix, Jugement Dernier, nouvelle création. Il s’agit du regard sur ce qui va arriver et ce à quoi les chrétiens doivent se préparer : à la fin des temps et au début d’un nouveau temps, au salut de Dieu, qu’il laisse entrevoir.

La préparation est importante

La série thématique commence le deuxième dimanche du mois de novembre et se concentre sur le retour de Christ. Celui-ci doit être préparé, et, selon les résultats bibliques, la croissance dans l’amour de Christ en fait partie – les Églises primitives chrétiennes en ont donné l’exemple. C’est pourquoi le message du service divin est le suivant : l’amour du prochain consiste à souhaiter pour lui et peut-être à l’aider à mener une vie réussie dans l’esprit de Jésus. Les membres d’une communauté doivent s’efforcer d’être de plus en plus familiers et solidaires les uns envers les autres.

Le jugement est aussi une orientation

« Car il nous faut tous comparaître devant le tribunal de Christ, afin que chacun reçoive selon le bien ou le mal qu’il aura fait, étant dans son corps » (II Corinthiens 5 : 10) – cela semble menaçant au premier abord. Du moins si l’on est conscient de ses faiblesses. De nombreux chrétiens aiment à repousser le jugement vers un avenir lointain. D’une certaine manière, cependant, un jugement aura déjà lieu lors du retour de Christ, et pas seulement lors du Jugement Dernier. Il est réconfortant de savoir que le Seigneur regarde le cœur et ne juge pas ce qui est sous ses yeux. Être de vrais imitateurs de Christ et avoir mis rigoureusement en pratique le double commandement de l’amour offre de bonnes conditions pour un jugement clément. De tels chrétiens peuvent espérer la grâce de Dieu.

À la fin de l’année liturgique

Le quatrième dimanche du mois de novembre est aussi déjà le dernier dimanche de l’année liturgique. Le thème du service divin sera la vie éternelle dans la nouvelle création. « Mais nous attendons, selon sa promesse, de nouveaux cieux et une nouvelle terre, où la justice habitera » (II Pierre 3 : 13). C’est ainsi que la Bible décrit ce point dans la chronologie du plan divin. Et lui aussi veut être préparé. La justice divine, qui sera décisive dans la nouvelle création, doit être visible dès aujourd’hui à travers notre forme de miséricorde et être une caractéristique de nos communautés. Faisons en sorte que la justice de Dieu se manifeste déjà aujourd’hui chaque jour, en accordant l’amour de Dieu à chaque homme – indépendamment de son sexe, de son appartenance ehtnique ou nationale, de son éducation et de son statut social.

Il nous accompagne

La période de l’Avent débute le cinquième dimanche du mois de novembre. Pour beaucoup de gens, cela sera cette année une période particulière de défis inattendus. Beaucoup ont perdu une personne chère à leurs côtés à cause du coronavirus. Beaucoup sont sans emploi, sans ressources, sans espoir d’un avenir meilleur, sans amis et sans famille – ce sont précisément eux qui sont au centre de notre attention ces jours-ci. L’apôtre-patriarche Jean-Luc Schneider écrit ceci : « Le message pour le premier dimanche de l’Avent est très simple : Dieu tient ses promesses. Le Saint-Esprit nous dit constamment : Jésus-Christ est le Fils de Dieu, il est le Rédempteur, l’Oint, le Roi ! »

Ces pensées donnent de nouvelles forces dans les jours sombres et donnent un nouvel espoir en un avenir meilleur.



Photo : banjongseal324 - stock.adobe.com

Infos articles

Auteur:
Date:
Mot-clé:

Peter Johanning
29.10.2020
Divine service