La vierge de Nazareth dans l’attente

Il ne fait aucun doute que Marie attendait la naissance de son fils. Chaque future mère éprouve des sentiments particuliers pendant sa grossesse. Et, plus le terme approche, plus les liens sont forts.

Elle a été la première informée. Durant de nombreux siècles, les Juifs pieux avaient attendu le Messie. Ils ont espéré plus ou moins être délivrés des maux de leur temps, bénéficier de l’autonomie en tant que peuple de Dieu ainsi que de la possession du temple à Jérusalem. Le Messie, c’était avant tout le roi d’Israël. Et, lorsque le moment est enfin arrivé de l’accomplissement d’une très ancienne promesse, l’ange de Dieu n’est pas venu trouver les prophètes, les rois ni les sacrificateurs – il est venu auprès de Marie. Qui ne vivait pas dans un palais à la cour royale. Nazareth était le nom du village où elle habitait ; tout en haut, dans le nord du royaume, en Galilée, loin de Jérusalem.

Les choses inattendues, particulières et uniques se produisent toujours soudainement : Marie découvre qu’elle est enceinte, ce qui n’était en fait même pas possible. Cependant, un ange du Seigneur lui-même le lui fait connaître. Cela surpasse tous les doutes ! Quelques détails intéressants :

  • Marie vit à Nazareth, loin du centre d’Israël
  • un ange rend visite à Marie
  • elle est jeune
  • elle est vierge.

Ce mélange d’ingrédients insolites entoure l’annonce du Seigneur. Avant même sa naissance, accompagnée elle aussi de miracles, il se produit quelque chose de grand, de nouveau et d’important : Dieu lui-même intervient dans le déroulement de l’histoire ! Dieu change le monde.

Attendre signifie laisser faire Dieu

Luc l’explique dans le premier chapitre de l’évangile du même nom : « Au sixième mois, l'ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth, auprès d'une vierge fiancée à un homme de la maison de David, nommé Joseph. Le nom de la vierge était Marie. L'ange entra chez elle, et dit : Je te salue, toi à qui une grâce a été faite ; le Seigneur est avec toi. Troublée par cette parole, Marie se demandait ce que pouvait signifier une telle salutation. L'ange lui dit : Ne crains point, Marie ; car tu as trouvé grâce devant Dieu. Et voici, tu deviendras enceinte, et tu enfanteras un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand et sera appelé Fils du Très-Haut, et le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David, son père. Il régnera sur la maison de Jacob éternellement, et son règne n'aura point de fin. Marie dit à l’ange : Comment cela se fera-t-il, puisque je ne connais point d’homme ? L'ange lui répondit : Le Saint-Esprit viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te couvrira de son ombre. C'est pourquoi le saint enfant qui naîtra de toi sera appelé Fils de Dieu. Voici, Elisabeth, ta parente, a conçu, elle aussi, un fils en sa vieillesse, et celle qui était appelée stérile est dans son sixième mois. Car rien n'est impossible à Dieu. Marie dit : Je suis la servante du Seigneur ; qu'il me soit fait selon ta parole ! Et l'ange la quitta. »

Attendre signifie se préparer à des choses surprenantes

Pour certains de nos contemporains, c’est tout simplement exagéré – jadis comme aujourd’hui. À l’époque, les gens se sont méfiés, ils ont cru à un adultère. De nos jours, c’est leur intelligence qui fait obstacle aux hommes face à un tel récit. La naissance par la vierge est largement rejetée. Pourtant, « attendre » signifie également : se préparer à des choses surprenantes, espérer des miracles, être capable de supporter des surprises ! Tout cela, Marie en était capable. Elle est restée calme, elle a fait confiance, elle a accepté son destin. « Ce qu’il vous dira, faites-le ! », dira-t-elle plus tard à ses contemporains. Elle n’a pu le dire de façon authentique que parce qu’elle a elle-même été prête à faire ce que Dieu lui avait ordonné.

Attendre signifie être l’instrument de Dieu

Dieu donne les forces à celui dont il a besoin en tant qu’instrument dans sa main. Et il l’accompagne dans sa tâche. Les chrétiens doivent être des instruments de Jésus-Christ, qui les envoie, en proclamant avec courage et avec foi la Bonne Nouvelle de son retour. Ils attendent ce qui est nouveau, important. Et ils attendent le miracle.


Foto: cristina_conti - stock.adobe.com

Infos articles

Auteur:
Date:
Mot-clé:

Peter Johanning
8.12.2018
Advent, Christmas