Informer par l’image (5) : En action avant l’action

Les changements de perspective sont importants pour faire de bonnes photos. Or, comment y parvenir si le photographe ne peut pas trop se déplacer pendant le service divin ? La solution : des trajets courts. Pour cela, il faut de bonnes connaissances des lieux et un planning.

Le pivot et la clé de voûte de l’action lors du service divin est la place à laquelle est assis le photographe : celle-ci devrait se trouver à la fois près de l’autel et des musiciens et aussi de la sortie. Elle doit être librement accessible mais ne pas se trouver dans le champ de vision d’une caméra vidéo. La plupart du temps, il choisira une place dans un coin, et, dans les grands halls, dans l’allée centrale.

Savoir où se passe l’action

Le fait de s’assurer une telle position de départ n’est pas la seule raison pour le photographe d’être déjà sur place très tôt. Car s’il ne connaît pas déjà l’église ou la salle de célébration du service divin, le photographe aura alors encore la possibilité de se familiariser tranquillement avec les conditions locales :

  • Quels sont les défis photographiques que constituent les plafonds et les murs ? Quels sont les contrastes, les nuances de couleurs, les reflets ?
  • Par où entrera l’officiant ? Quel chemin empruntera-t-il pour rejoindre l’autel ?
  • Où joueront les musiciens, chantera la chorale, se tiendra le chef de chœur/d’orchestre ?
  • Où serai-je susceptible de gêner les caméras vidéo ?
  • Quelles sont les positions à partir desquelles je pourrai photographier sans être gêné et en dérangeant le moins possible ?

Savoir comment se passe l’action

Les réponses à ce genre de questions peuvent alors facilement être combinées à l’emploi du temps que le photographe aura de préférence déjà préparé à la maison. Son contenu principal sera le suivant : Quel sera le meilleur moment pour photographier tel ou tel sujet ?

Toutes les photos n’ont pas forcément besoin d’être prises durant le service divin. La chorale et les musiciens, notamment, sont déjà à l’œuvre avant la prière introductive. Quant à la décoration florale et à la croix à l’autel, elles seront encore là après la bénédiction finale – pour ne citer que quelques exemples.

Savoir quand se passe l’action

Afin de pouvoir planifier quels sujets devront être photographiés avant, pendant ou après le service divin, il est évidemment important de connaître le déroulement général du service divin et ses particularités. Le cadre liturgique n’offre pas un trop grand potentiel de surprises, contrairement aux actes éventuels.

Il est donc dans tous les cas utile de se procurer un programme ou de se concerter avec les organisateurs. Les concertations avec un éventuel autre photographe sur place sont tout aussi importantes. Le travail pourra être réparti en fonction des sujets à photographier, des moments ou des emplacements. Les chemins seront alors même encore plus courts.


Photo: Jessica Krämer

Infos articles

Auteur:
Date:
Mot-clé: