Admirer les miracles de Dieu

Faire une rétrospective – seulement pour soi ou plutôt dans un plus grand cercle ? « Nous le faisons ensemble au sein de la communauté », s’est exprimé l’apôtre-patriarche Schneider. Invitation à la réflexion et à la reconnaissance.

Le dimanche 29 décembre 2019, l’apôtre-patriarche Jean-Luc Schneider a célébré le service divin à Stade (Allemagne). Il a basé sa prédication sur la parole en Psaumes 40 : 6 : « Tu as multiplié, Éternel, mon Dieu ! Tes merveilles et tes desseins en notre faveur ; Nul n'est comparable à toi ; Je voudrais les publier et les proclamer, Mais leur nombre est trop grand pour que je les raconte. »

Éternel, mon Dieu !

« Si nous faisons une rétrospective des œuvres de Dieu, nous devons d’abord prendre conscience de qui est Dieu, en qui nous croyons » s’est exprimé le président de l’Église en introduction. « Notre Dieu est un Dieu de communion, de la communion du Père, du Fils et du Saint-Esprit. »

  • le Père : « Toutes les bonnes choses viennent de lui. Il est le Seigneur tout-puissant. Dieu, le Père, est le Dieu de l’amour. »
  • le Fils : « Nous croyons en le Sauveur. Tous ceux qui se confient en lui seront sauvés et justifiés par lui. »
  • le Saint-Esprit : « Le Dieu invisible devient perceptible pour l’homme par l’activité du Saint-Esprit. Dieu, le Saint-Esprit, est une force. Il est le consolateur. »

Reconnaître les miracles de Dieu

Les miracles de Dieu sont perceptibles de diverses manières, a expliqué l’apôtre-patriarche :

  • La beauté dans la communauté : « Je pense aux différentes rencontres : journées de jeunesse, services divins, services divins solennels. » Tout cela est un miracle, quelque chose qui fait que l’on s’émerveille. Et ce qui importe : « Ce n’est pas la réussite, le résultat de notre travail, de nos efforts, de nos talents et de nos forces – cela vient de Dieu ! »
  • L’amour inconditionnel de Dieu : « J’avais prévu tant de choses et je n’ai de loin pas réussi à tout faire. » Cependant : « Dieu continue tout simplement d’aimer, il accepte l’homme. Tel est le miracle de l’amour de Dieu. »
  • La richesse de la parole de Dieu : « La parole produit tant de choses ! Elle vient au secours de ceux qui souffrent, des jeunes, des aînés, des pauvres, des riches. C’est un miracle que l’on peut sans cesse expérimenter ! »
  • La proximité de Dieu avec les hommes : « Ce sont précisément ceux qui sont dans une grande détresse, les pauvres, les persécutés, les réfugiés, les malades graves, qui expérimentent le plus la proximité de Dieu. – Tel est le miracle dans l’adversité, dans les tribulations, dans les difficultés. Tel est notre Dieu ! »
  • La puissance du Saint-Esprit en l’homme : « Les frères et sœurs qui vivent des situations tellement difficiles, des situations impossibles – ce sont eux, précisément, qui continuent à server, à faire des sacrifices et des offrandes, à aimer. Tel est le miracle de la puissance de Dieu. Nous pouvons en faire l’expérience et le vivre. »

Expérimenter les pensées de Dieu

« Les pensées de Dieu sont tellement grandes que nous ne pouvons pas toujours les comprendre », a mis en évidence l’apôtre-patriarche Schneider. Là aussi, cela vaut la peine de faire une rétrospective.

  • Tout vient autrement que ce que nous avions prévu : « Dieu laisse faire le mal. Il le permet. Cependant, il est si grand qu’il peut même se servir du mal pour faire le bien. »
  • Dieu est puissant à travers les faibles : « Oui, cela nous pose parfois problème. Ce serait tellement plus simple si nous étions tous parfaits, si nous n’avions pas tant d’imperfections. » Cependant : « Il veut être puissant à travers les faibles, afin que toute la gloire et la louange lui reviennent, et qu’elles ne reviennent pas aux hommes. »
  • Venir encore plus près de Jésus-Christ : « Nous, les hommes, nous pensons toujours : « En fait, nous en savons suffisamment maintenant. Et ce que nous sommes n’est en fait pas si mal. » » Cependant, le Saint-Esprit nous pousse à nous développer : « Non, nous ne pouvons pas rester sur place, nous devons continuer. La connaissance doit encore grandir. Venez encore plus près de Jésus-Christ. »
  • Le salut par la foi et la confiance : « C’est quelque chose de très important, je voudrais sans cesse le souligner : la foi, ce n’est pas seulement : « Oui, je crois, c’est vrai. » Croire signifie déjà étymologiquement faire confiance. Nous faisons confiance à Dieu, le Père, le Créateur, qui fait toutes choses bien, qui nous conduit dans la communion avec lui. Il est avec nous. Il veut nous sauver. »
  • Dieu agit à chaque seconde : « Nous ne connaissons même pas le nombre de fois où Dieu nous a aidés. Dieu nous a tant donné, et nous ne savons même pas l’apprécier. » Et la plus grande chose : « Il nous prépare un merveilleux avenir. Il a préparé un héritage. »

La conclusion de l’apôtre-patriarche est la suivante : « Nous louons Dieu pour les richesses qu’il nous a offertes. Nous lui faisons confiance. Il veut notre salut ! »

Infos articles

Auteur:
Date:
Mot-clé: