En chemin avec Jésus

« En chemin avec Jésus » – c’est le titre des services divins dominicaux du mois de février. Au début, il y a l’appel de Dieu à se mettre en route. Ensuite, il y a régulièrement des décisions d’orientation à prendre – voici un aperçu.

Qui Dieu choisit et à quel moment, cela reste son mystère. Ce qui n’est pas un mystère, néanmoins, c’est que chacun dispose de la liberté absolue de répondre par oui ou par non à cet appel.

Élu par grâce – et maintenant ?

Une chose est claire concernant l’élection : lorsque l’Apocalypse parle des 144 000, ce chiffre n’est pas à prendre au pied de la lettre. Avec douze fois douze fois mille, celui-ci se réfère plusieurs fois au nombre total des tribus d’Israël. Ce chiffre représente donc symboliquement une foule constituée de tous les peuples – d’une part, une grande multitude, et, d’autre part, un nombre limité.

Et qui appartient à ce groupe ? Selon la définition néo-apostolique, il s’agit des personnes qui ont reçu le don du Saint-Esprit. Cependant, cela n’est pas un automatisme, mais une invitation, qui nécessite une réponse déterminée. Le premier service divin dominical abordera la question de savoir comment seront composées la future Église-Épouse ou les futures prémices.

Rencontre, enthousiasme, mise en mouvement

Une semaine plus tard, nous verrons où nous conduit une rencontre avec Jésus. L’événement biblique avec la Samaritaine au puits de Jacob en constitue la base : Jésus demande de l’eau à la marginale et entame une conversation avec elle – à sa grande surprise, car généralement, les Juifs évitent tout contact avec les Samaritains.

Jésus se présente comme le Messie. La femme court au village et raconte avec enthousiasme sa rencontre avec Jésus. Les habitants constatent un changement en elle. Et c’est précisément cela qui incite certains de ses contemporains à se mettre en mouvement pour rejoindre Jésus – un exemple de la manière dont nous pouvons aujourd’hui encore transmettre l’enthousiasme suscité par la rencontre avec Christ.

L’imitation avec toutes ses conséquences

Le troisième dimanche est basé sur un appel de Jésus : « Si quelqu’un veut venir après moi (…), qu’il se charge chaque jour de sa croix » (extrait de Luc 9 : 23). De nombreuses personnes sont venues auprès de Jésus mais n’ont vu en lui que la solution à leurs problèmes. Peu de personnes ont reconnu en lui le Fils de Dieu, l’ont suivi et ont changé leur vie.

« Se charger de sa croix » signifie répondre à l’appel de Dieu, indépendamment des situations que nous traversons à ce moment. Ce terme « chaque jour » indique que le « oui » déterminé est sans cesse nécessaire.

Selon la volonté sans limites de Dieu

La prédication du quatrième dimanche met en lumière la question de savoir à qui s’adresse l’appel de Dieu et quelle est sa portée. Selon la conception néo-apostolique, la volonté de Dieu est que tous les hommes aient accès au salut – indépendamment de leur vie et de leur empreinte sociale. Et cela ne s’arrête pas à la frontière entre la vie et la mort. Dans l’au-delà, aussi, Dieu souhaite faire sortir les âmes de l’éloignement de Dieu.

Cette volonté divine devrait déclencher une réaction chez les chrétiens : prier pour le salut de tous les hommes. Sans restriction. Sans sélection. Sans exigences personnelles. Et contribuer, par son propre comportement, à ce que chaque homme puisse expérimenter le même amour divin.

« Quelle est notre réaction à la volonté de Dieu ? » et « Quelle est l’importance pour nous du salut de tous les hommes ? » Telles sont les questions que pose ce service divin à ceux qui l’écoutent.


Photo : Aaron Amat - stock.adobe.com

Infos articles

Auteur:
Date:
Mot-clé:

Simon Heininger
01.02.2022
Service divin