« Partout où nos pieds nous ont portés »

L’Église néo-apostolique du Canada pleure un « vrai pionnier » : l’apôtre en retraite Edward Deppner nous a quittés à l’âge de 78 ans. Dans 24 pays, il a contribué de manière déterminante à l’édification de l’Église.

Mark Woll, l’apôtre de district canadien, décrit la vie d’Edward Deppner, décédé le lundi 26 janvier 2015, comme ayant été le pèlerinage d’un missionnaire. Pour base de la cérémonie funèbre, le dimanche 1er février à Ancaster (Ontario), il a choisi la parole en Psaumes 84 : 6 : « Heureux ceux qui trouvent chez toi un refuge et qui ont à cœur ce pèlerinage ! » (NdT : cf. La Bible en français courant).

Dès 1964, l’apôtre de district Michael Kraus avait envoyé le jeune prêtre Deppner en Roumanie, le chargeant d’y propager la foi néo-apostolique. En 1974, Edward Deppner a donné suite à l’appel de se rendre aux Antilles et en Amérique centrale, où il a jeté les fondements des communautés de la Dominique, d’Haïti, du San Salvador, de Curaçao, du Panama, du Costa Rica, des îles de la Trinité, Sainte-Lucie et Grenade, du Surinam et des Bahamas.

Deux années plus tard, il s’est rendu pour la première fois en Afrique, où il a implanté l’Église au Rwanda, au Burundi, en Éthiopie, au Soudan, au Burkina Faso, au Bénin, dans l‘île Maurice et en Côte d’Ivoire. En 1977, alors ancien de district, Edward Deppner est arrivé pour la première fois au Zaïre (actuelle République démocratique du Congo) et s’est mis au travail dans l’Ouest du pays. Le succès a été tel qu’au bout de trois années il s’est installé à Kinshasa, la capitale, avec son épouse Gertrude. Actuellement, environ 1,1 millions d’habitants de cette partie du pays se réclament de la foi néo-apostolique. Son fils Michael (Deppner) en est l’actuel apôtre de district.

Ordonné apôtre en 1981, Edward Deppner a œuvré au total dans 16 États africains, « partout où nos pieds nous ont portés », écrit-il dans son curriculum vitae. Par la suite, il s’est rendu en Asie à la demande de son apôtre de district, pour apporter le témoignage de la foi néo-apostolique notamment en Birmanie, en Thaïlande et en Chine. « Tu as édifié l’Œuvre de Dieu dans des contrées dont d’autres seraient partis en courant », a dit l’apôtre-patriarche Richard Fehr en 2004, au moment de l’admettre à la retraite.

Des compagnons de route d’Edward (« Eddie ») Deppner le décrivent comme quelqu’un de particulier, un homme de Dieu extraordinaire, qui aimait aussi sortir parfois des sentiers battus. Il savait enthousiasmer les autres par son esprit pétillant comme par sa sagesse toute en douceur ou encore son humilité empreinte de crainte de Dieu. Il savait aussi raconter maintes anecdotes vécues au cours de son travail missionnaire, en ajoutant toujours : « Le Seigneur a ouvert une porte. » À présent, est-il dit dans un éloge funèbre personnel, notre Père céleste a sûrement ouvert une porte à l’un de ses plus remarquables ambassadeurs.

Infos articles

Auteur:
Date:
Mot-clé:

Andreas Rother
3.02.2015
Canada, apôtre