Qui est ton Dieu ?

« Une fois n’est pas coutume », dit-on dans le langage populaire en relativisant ainsi les décisions prises au cas par cas. Effectivement, ce n’est pas chaque cas isolé qui est déterminant, mais ce sont les valeurs fondamentales intérieures de l’homme.

L’être humain prend 20 000 décisions par jour, nous explique la science. La plupart du temps, ce sont des détails qui sont décidés dans le subconscient et qui ne constituent en aucun cas des processus de réflexion qui durent des heures ou des jours. Parfois, cependant, il est question de choses fondamentales dans la vie de l’homme, d’un pour ou d’un contre, d’un oui ou d’un non. Certaines de ces décisions sont prises rapidement et manifestement, d’autres nécessitent une réflexion.

Présentation, discussion et décision

Vers l’an 1245 avant Jésus-Christ, Josué a exigé une telle décision fondamentale. Peu avant sa mort, à l’âge d’environ 110 ans, il a réuni les représentants des tribus d’Israël pour une conférence à Sichem. Les Saintes Écritures désignent cette rencontre historique en tant que parlement et alliance. À environ 20 kilomètres au nord de Jérusalem, les anciens, les chefs, les juges et les officiers se sont rassemblés autour de l’ancien serviteur de Moïse, le chef militaire couronné de succès et l’espion Josué.

Tout à fait dans l’esprit de la signification de son propre nom, « Yahvé sauve », Josué a fait un exposé sur le passé qu’ils ont vécu ensemble. Om a démontré que Dieu les avait délivrés de la captivité en Égypte, qu’il a veillé sur eux durant la traversée dans le désert qui a duré 40 ans, et qui a finalement tenu sa promesse en les ramenant dans le pays promis de Canaan. Sa conclusion a été la suivante : C’est un Dieu auquel le peuple pouvait faire confiance (Josué 24 : 1-13).

Le dilemme dans le passé

Les esprits malins ont noté autrefois que tout cela était juste : Yahvé était un Dieu du désert et du combat contre les autres peuples. Maintenant, cependant, dans le pays des Amoréens, il y avait aussi Baal, Astarté et d’autres divinités qui faisaient du bien aux hommes et qui veilleraient à la fertilité et au sentiment de bonheur. L’on était amené à penser à reconnaître à présent ces dieux pour leur agir dans ce nouveau pays, dans cette nouvelle époque.

Josué a reconnu ce dilemme et a exigé des représentants des tribus de faire un choix. Et, par la même occasion, il a aussi rendu publique sa propre décision personnelle : « Moi et ma maison, nous servirons l'Éternel. » (extrait de Josué 24 : 15). Il ne voulait servir ni les dieux que ses ancêtres avaient adoré de l’autre côté du fleuve, ni les dieux des Amoréens.

Des questions dans le présent

Quel est le rôle du croyant aujourd’hui ? Dans celui d’un Josué, qui souhaite convaincre autrui de ses expériences avec Dieu et avec les connaissances acquises, ou dans celui des représentants des tribus, qui n’ont pas encore pris de décision et qui sont dans la réflexion ?

L’histoire offre suffisamment de parallèles avec notre propre point de situation. Même si beaucoup de choses sont différentes de l’époque de l’Ancien ou du Nouveau Testament – les hommes du XXIe siècle vivent une notion de personnalité moderne, chaque être humain fait ses propres choix à partir d’un certain âge, la foi n’est plus décidée pour toute la famille –, il s’agit aussi aujourd’hui de prendre des décisions fondamentales ; l’une d’elles est celle-ci : pour ou contre Dieu.

Décisions fondamentales et isolées

Les chrétiens prennent une telle décision fondamentale. On la perçoit depuis des millénaires dans les vœux de baptême et de confirmation : l’homme reçoit Jésus-Christ en tant que maître de son existence, en croyant en lui, le Fils de l’homme et Fils de Dieu mort et ressuscité. Et cette décision est reconnaissable dans la vie quotidienne, par le fait que le croyant prend Jésus-Christ comme modèle. À l’instar de Jésus, le chrétien veut traiter le prochain sans préjugé, en lui apportant son aide, sa consolation, en recherchant la paix, et souhaite son salut éternel.

Ensuite, il y a aussi les nombreuses décisions isolées. Comme au temps d’Adam et Eve, il importe aujourd’hui de faire le choix contre le souhait de supériorité à l’égard de Dieu. Comme à l’époque, avec Judas Iscariot, il importe aussi aujourd’hui de résister à la déception et à l’envie et, comme pour Marthe, à l’époque, il importe de donner sans cesse la bonne priorité aux choses terrestres et spirituelles.

Toi et moi

De la décision fondamentale « pour le Seigneur » naît l’orientation et la force – aussi pour un grand nombre de décisions isolées. Dieu a élu l’homme. Maintenant, l’homme est exhorté à répondre à Dieu (Exode 19 : 5-6). Quel Dieu veut-il servir ? Quel Dieu veut-il adorer ? Josué avait une réponse claire, qui a convaincu les hommes qui l’écoutaient.



Photo : kei907 - stock.adobe.com

Infos articles

Auteur:
Date:
Mot-clé:

Oliver Rütten
11.08.2020
Divine service