Il a voyagé loin mais est toujours resté attaché à sa patrie

Il y a 50 ans, le 2 février 1971, il avait été ordonné dans le ministère d’apôtre de district. À l’époque, le Zimbabwe portait encore le nom de Rhodésie. Son champ d’activité comprenait la Zambie et le Malawi. Andrew James Fernandes est né au Cap, en Afrique du Sud. Il est devenu un voyageur international en Afrique.

Andrew James Fernandes – ce nom a encore une forte résonnance aujourd’hui. Son parcours est intéressant, son dévouement extraordinaire et son amour pour le Seigneur exemplaire. Très tôt, à l’âge de 13 ans à peine, il a perdu son père – un coup dur pour la famille, qui était néo-apostolique depuis le début. Son père, Alfred Francis Fernandes, voyageait en tant que prêtre, et il était connu pour son zèle. Le jeune Andrew a pris goût au travail de son père et a commencé à suivre les traces de son père. À peine âgé de 20 ans, il est ordonné pour la première fois, dans le ministère de sous-diacre.

Resté jeune de cœur

En fait, il était toujours jeune lors des prochaines ordinations. En 1957, à l’âge de 40 ans, il s’est finalement vu confier le ministère d’apôtre. À l’époque, c’était relativement jeune pour endosser ce ministère. Lorsqu’il a été ordonné dans le ministère d’apôtre de district, par la suite, il avait 54 ans, et il a ainsi pu laisser sa marque durant 18 années.

D'un frère à l'autre

Le 19 octobre 1955 est une date importante dans l’histoire de l’Église néo-apostolique en Afrique australe. C’est ce jour-là que l’apôtre-patriarche Johann Gottfried Bischoff a ordonné l’apôtre Hubert Fernandes – le frère aîné d’Andrew – dans le ministère d’apôtre de district, en divisant les régions d’Afrique australe en trois champs d’activité d’apôtre de district indépendants : la région du Cap et la Namibie avec l’apôtre de district Arno Abicht, Pretoria avec l’apôtre de district Jacobus Kreunen et la Rhodésie avec l’apôtre de district Hubert Fernandes à sa tête.

Les frères Fernandes travaillent donc ensemble à la tête de l’une des plus grandes zones d’influence, ce qui exige beaucoup d’investissement de leur part. Ils entreprennent de longs et difficiles voyages pour desservir les communautés dans ce vaste territoire. « Les soi-disant routes qui y mènent ne sont pas praticables avec des voitures ordinaires », rapporte l’un de ses contemporains. « En outre, dans certaines régions, il n’est pas possible de trouver un hébergement ».

Les choses deviennent réellement dangereuses lorsqu’une guérilla et une guerre civile éclatent dans la région au cours des années 1960 et 1970. La situation politique dans la région devient instable, la Rhodésie du Nord celle du Sud se séparent, ce qui a bien sûr aussi eu une influence sur le fonctionnement interne de l’Église.

En 1971 a lieu une autre réorganisation des champs d’activité d’apôtre de district, opérée cette fois par l’apôtre-patriarche Walter Schmidt : l’ancienne Église territoriale de Rhodésie est divisée en deux Églises nationales. L’apôtre de district Hubert Fernandes, entre-temps très affaibli par la maladie, reste stationné au Zimbabwe, et c’est Andrew James Fernandes qui se rend en Zambie et au Malawi en tant qu’apôtre de district, où il travaille aux côtés de l’apôtre Jeremiah Njamba et de l’évêque Gert Naudé.

Cinq ans plus tard, après le décès de son frère, il assume en plus la responsabilité des communautés au Zimbabwe.

L’un de ses plus grands mérites était certainement l’introduction d’un enseignement religieux régulier pour les enfants de l’école du dimanche et du cours de religion. De même, le travail avec la chorale lui tenait également très à cœur. Pendant les années au cours desquelles il a œuvré en tant qu’apôtre de district, les membres ont augmenté pour atteindre le nombre d’environ un demi-million.

L’œuvre d’une vie bien remplie

L’apôtre de district Andrew James Fernandes meurt le 9 juin 1989 à l’âge de 72 ans. Le service funèbre a été tenu à l’époque par l’apôtre-patriarche Richard Fehr à Harare, au Zimbabwe. La parole biblique utilisée en II Timothée 4 : 7-8 comprenait également le verset qui avait servi de base, presque 60 ans plus tôt, à l’hommage à son père, Alfred Francis Fernandes, lors de son décès : « Désormais, la couronne de justice m'est réservée ; le Seigneur, le juste juge, me la donnera dans ce jour-là, et non seulement à moi, mais encore à tous ceux qui auront aimé son avènement. »

Au cours du même service divin ont été ordonnés l’apôtre adjoint Duncan Mfune, en tant qu’apôtre de district pour la Zambie et l’évêque Anthony Fernandes, le fils de Hubert Fernandes, en tant qu’apôtre de district pour le Zimbabwe et le Malawi. Actuellement, les Églises territoriales de Zambie, du Zimbabwe et du Malawi sont à nouveau réunies en un grand champ d’activité d’apôtre de district, avec plus d’un million de membres de l’Église néo-apostolique. Leur apôtre de district est Kububa Soko.


Photo : Zentralarchiv NAK Westdeutschland

Infos articles

Auteur:
Date:
Mot-clé:

Peter Johanning
2.02.2021
Zimbabwe, apôtre de district, Personnalité