Entre deux mondes : Quand l’incompréhensible devient compréhensible

Le « bon Dieu » – c’est un nom que l’on entend souvent pour désigner le Créateur du ciel et de la terre. Malheureusement, son utilisation a pour conséquence que de nombreuses personnes rapetissent le Dieu tout-puissant, afin qu’il s’adapte à leur conception. Voici quelques observations relatives au thème des services divins du mois d’octobre.

L’homme peut-il réellement comprendre la toute-puissance de Dieu ? Et si oui, comment ? Le fait qu’il ne faille pas minimiser l’importance de Dieu est évident. Néanmoins, comment l’expérimenter, alors qu’au fond, nous ne comprenons pas sa puissance, son pouvoir et son omnipotence ?

Visible – invisible : Regardons-y de plus près

C’est précisément cette question qui est le thème essentiel des services divins néo-apostoliques au mois d’octobre. Une réponse possible est celle-ci : dans la création ! Paul écrit très intelligemment : « les perfections invisibles de Dieu, sa puissance éternelle et sa divinité, se voient comme à l'œil nu, depuis la création du monde, quand on les considère dans ses ouvrages » (Romains 1 : 20a). Des paroles modernes mais malgré tout un texte difficile. Pour le comprendre, l’homme doit y regarder de plus près : Dieu a béni la terre, les hommes, les plantes et les animaux et il les approvisionne sans cesse de nourriture. Dieu lui-même, bien qu’invisible, est toutefois perceptible dans tout ce qui a été créé par lui. Il a créé l’immensité de l’univers, l’énorme diversité de la nature de la même manière que chaque être humain. Et, même s’ils sont plusieurs milliards, chacun est malgré tout unique. Et, puisque la création renvoie au Créateur, il nous faut nous poser la question de savoir comment l’homme traite cette création et comment cela se répercute sur son image de Dieu.

Et ce n’est là que ce que l’homme peut voir de ses propres yeux. Il existe encore des mondes inaperçus, des choses cachées – un monde que ne révèle que la foi en Dieu. Le fait de professer et de louer Dieu en tant que Créateur signifie aussi que l’on reconnaît le monde invisible comme étant son œuvre.

Visible – invisible : Sa main secourable

La toute-puissance de Dieu se démontre également dans sa capacité à venir au secours de l’homme – dans le malheur, dans l’affliction, la captivité et le deuil. Même si les personnes concernées ne sont pas toujours en mesure de reconnaître la main secourable de Dieu, il est pourtant près d’eux, précisément dans les heures difficiles. Cela est d’autant plus vrai encore lorsqu’il s’agit du salut de l’âme. Le croyant souhaite la délivrance, le salut, la communion éternelle avec Dieu – il ne souhaite pas une vie dans l’opulence, mais juste ce dont il a besoin pour vivre. Et, au cours de nos deux vies –ici et maintenant puis là-haut – Dieu nous aide et nous accompagne. Il nous donne la force de vaincre les tentations, sa grâce nous libère du péché, son Esprit nous console. Dans sa souveraineté suprême, Dieu est saint.

Visible – invisible : Le sacrifice de Christ ne peut être surpassé

Vient ensuite le critère le plus important de la toute-puissance de Dieu : la prédication de la croix. « Car la prédication de la croix est une folie pour ceux qui périssent ; mais pour nous qui sommes sauvés elle est une puissance de Dieu. » (I Corinthiens 1 : 18). Il se sacrifie par amour pour nous. Cela ne peut être surpassé par rien ni personne. La vie et la mort de Jésus-Christ en tant que vrai Dieu et vrai homme dépasse toute logique humaine. Et plus encore : La raison et l’intelligence ne peuvent conduire au salut, seule la foi en Jésus-Christ et son imitation le peuvent. Entendre cette prédication de la croix, vivre conformément à celle-ci et la préserver sont tout ce que le chrétien croyant doit pouvoir faire valoir. Écouter – agir – préserver : tel est l’accord du salut.

Le « bon Dieu » est tout-puissant, considérable, universel, unique. Il est le Créateur de toutes les créatures. Il est au-dessus de toute pensée et au-delà de toute dimension humaine. Il est également un Père céleste aimant.



Photo : Andrey Popov - stock.adobe.com

Infos articles

Auteur:
Date:
Mot-clé:

Peter Johanning
3.10.2018
Service divin