Pleins feux sur … 07/2019 : Une vie pour Jésus-Christ

Orienter sa vie à Jésus, être présent pour ses frères et sœurs en la foi – certains s’investissent avec joie en mettant au second plan leurs propres besoins. L’apôtre de district Edy Isnugroho (Asie du Sud-Est) nous parle de Jonathan, un ancien de district qui ressent cela comme une richesse personnelle.

Jonathan naît le 25 septembre 1951 à Kebumen (Indonésie) au sein d’un foyer néo-apostolique. Il passe son enfance dans le village de Kedungwinangun. Plus tard, il part s’installer à Yogyakarta pour ses études. Après celles-ci, il trouve un emploi administratif et épouse une jeune fille néo-apostolique, Sinuk Warsinem. Leur union est bénie avec trois enfants. La famille peut vivre confortablement du travail de Jonathan. Au sein de l’Église, il est ordonné dans les ministères suivants pour la communauté de Gendeng : sous-diacre, diacre et prêtre. Plus tard, il est ordonné évangéliste puis évangéliste de district pour le district de Yogyakarta.

Un déménagement à 3000 kilomètres – d’une île à une autre

Début février 2001, l’apôtre Yusak Saptohadiprayitno lui demande, par mandat de l’apôtre de district Alfons Tansahtikno, s’il serait disposé à s’installer en Papouasie, la partie indonésienne de l’île de Nouvelle-Guinée. L’apôtre de district souhaitait qu’il y devienne le successeur de l’ancien de district local, sur le point d’être admis à la retraite.

Jonathan lutte avec lui-même. Néanmoins, animé de confiance en Dieu et de joie pour l’Œuvre du Seigneur, il accepte et démissionne de son emploi, tout de même le cœur lourd. Il déménage alors à Sorong, en Papouasie, avec son épouse. Leurs enfants, presque adultes, restent habiter à Yogyakarta.

À l’œuvre en moto, en bateau et en avion

Il est ordonné dans le ministère d’ancien de district et se met au travail avec joie. Il dessert les communautés de Sorong et Raja Ampat, à l’ouest, de Manokwari, Nabire et Timika, au centre, et jusqu’à Biak et Jayapura, à l’est. Il est sans cesse sur les routes, que ce soit en moto, en bateau ou en avion. Dans un amour sincère, il sert les frères et sœurs et les frères du ministère et se rapproche ainsi d’eux. Ensemble, ils bâtissent l’Œuvre de Dieu. Ses compétences professionnelles l’aident à optimiser l’administration de l’Église.

Bien que la plupart des habitants de Papouasie soient chrétiens, il n’est pas facile de leur faire découvrir l’enseignement des apôtres. Durant de nombreuses années, l’Église néo-apostolique y est considérée comme une secte. Mais l’ancien de district Jonathan agit résolument et va au-devant de l’Église chrétienne établie en toute humilité, ainsi que des autorités. Dieu bénit son combat : l’Église néo-apostolique est officiellement reconnue en Papouasie.

Entretien des communautés et reconnaissance de l’Église

Il dirige le district avec enthousiasme et veille à ce que les communautés soient desservies par leurs propres frères du ministère.

Avec le temps, ses forces diminuent, et sa santé lui cause du souci. Malgré tout, il brûle toujours pour sa mission et pour l’Évangile de Christ.

L’apôtre de district Urs Hebeisen lui demande alors de chercher un successeur parmi les frères sur place. Après que celui-ci a été trouvé et qu’il était disposé à assumer cette tâche, l’apôtre de district est venu en octobre 2016 à Manokwari, en Papouasie, pour admettre l’ancien de district Jonathan à la retraite bien méritée.

Le soutien par la prière

Après son admission à la retraite, il retourne à Yogyakarta, Java, avec son épouse. Ils s’installent dans une maison, dans le village de Krakitan, Bantul, à proximité de notre église, que leurs enfants leur ont préparée. L’ancien de district aimerait tant revoir les frères en Papouasie qu’il a servi pendant 16 années, mais son état de santé ne le permet pas. Il soutient son successeur, un évangéliste de district, autant qu’il peut, et prie beaucoup pour lui et les frères du ministère dans ce pays.

Voilà pour ce qui est de l’histoire de Jonathan, qui a grandi dans la foi en Jésus-Christ et qui l’a servi ainsi que les siens par amour. Aujourd’hui encore, il mène une vie modeste, il est faible, et marqué par la maladie. Avec son épouse, il est néanmoins très reconnaissant à Dieu, qui les a richement bénis sur le plan spirituel. Et ils ont également pu partager une partie de cette richesse avec leurs frères et sœurs et avec leur prochain.

Nous prions afin que l’ancien de district (e.r.) soit guéri de sa maladie, ou que Dieu lui accorde les forces nécessaires pour la porter.

Infos articles

Auteur:
Date:
Mot-clé:

Isnugroho
6.05.2019
devise