Me voici … aimés par Dieu

Clôture et point culminant des journées internationales de la jeunesse : 30.000 jeunes croyants sont venus dimanche matin au service divin dans l’arena. Au cours de sa prédication, l’apôtre patriarche Schneider a rappelé aux auditeurs l’amour omniprésent de Dieu. Il appartient aux jeunes chrétiens de le rendre expérimentable dans la communion.

Au début du service divin du 2 juin 2019, l’apôtre patriarche Jean-Luc Schneider a jeté un regard rétrospectif sur les trois jours passés des JIJ et a remercié les jeunes au nom des apôtres présents pour les préparatifs. Il les a félicités : « vous avez beaucoup travaillé et Dieu a béni votre travail avec la réussite. »

Le responsable international de l’Eglise a loué en particulier le vivre ensemble : « vous avez mis de la vie dans la communion et vous avez mis en pratique le mot d’ordre „me voici ! »

L’évangile de la proximité de Dieu et de son amour a été propagé

L’apôtre patriarche avait choisi pour le service divin la parole en Jean 13 : 34-35 : « Je vous donne un commandement nouveau : Aimez-vous les uns les autres ; comme je vous ai aimés, vous aussi, aimez-vous les uns les autres. »

« Me voici, dit l’Eternel, je suis là pour toi » dit l’apôtre patriarche Schneider. Il ajoute : « Dieu dit : dis à ton prochain que je suis aussi là pour lui ». L’apôtre patriarche souhaiterait que la réponse des jeunes chrétiens soit : « Me voici, je vais le faire ». L’évangile de la proximité de Dieu et de son amour est la mission à remplir.

Le témoignage pour Christ : aimer et accepter son prochain

Christ donne une réponse claire à la question de la mise en pratique de cette mission dans cette parole biblique : « Le monde reconnaît que vous êtes des disciples de Dieu, si vous vivez dans l’amour réciproque ». Ici, Jésus ne parle pas de l’amour humain qui attend la réciproque à ses gestes d’amour, mais il parle de l’amour de Dieu.

L’amour de Dieu vit en nous par le don du Saint-Esprit. C’est lui que les jeunes croyants doivent faire precevoir à leur prochain. « Montrez à votre prochain combien Dieu l’aime, répandez son amour » exhorta l’apôtre patriarche.

Partager et s‘entraider

« Nous sommes riches en Christ, partageons cette richesse ». Le partage sincère des joies et des peines du prochain en fait partie à une époque du chacun pour soi. « Nous intercédons pour notre prochain et nous partageons avec lui. »

Christ a aidé concrètement les hommes afin d’exprimer son amour pour eux. L’apôtre patriarche a encouragé non seulement à prier, mais à agir aussi, afin d’apaiser la détresse du prochain, que ce soit parmi les jeunes, dans la communauté ou au sein de l’Eglise en général.

Agir ensemble

Le Seigneur a toujours recherché la communion avec ses disciples. C’est important encore aujourd’hui : « existons et agissons ensemble dans la vraie vie, et pas seulement par internet et le smartphone. Priez ensemble, profitez du service divin et fêtez la sainte Cène » dit l’apôtre patriarche. Parfois cela coûte des sacrifices : « patricipe aussi lorsque parfois cela ne t’enthousiasme pas. » Les activités au sein de la communion fraternelle sont porteuses de joies.

Le Seigneur a sans cesse pardonné à ses disciples et leur a offert la réconciliation. Au sein des jeunes aussi, il existe des conflits. Il s’agit alors de faire usage de la force et de l’amour de Dieu afin de pardonner à son prochain.

Quelques clés pour la génération montante

Beaucoup des attitudes mentionnées ont déjà été exprimées durant ces journées, selon l’apôtre patriarche. Mais il lui importe de donner ce conseil central à la nouvelle génération au sein de l’Eglise : « Dieu t’aime et attend de toi que tu le dises aussi à ton prochain. La proclamation de l’évangile commence par notre amour réciproque, notre acceptation de l’autre, par le partage, l’entraide, l’action commune, le pardon réciproque et la réconciliation »

Les jeunes chrétiens néo-apostoliques ne sont pas seuls sur cette voie. Dans d’autres Eglises aussi les chrétiens se mettent au service de Jésus-Christ. « Ce service consiste à montrer aux hommes que Dieu aime chacun. » D’où nos bonnes relations que nous cultivons avec les autres Eglises.

Et si nous rencontrons des difficultés dans la proclamation de l’évangile : « Avec l’amour de Dieu, nous surmontons les déceptions et résistances et nous continuons à agir. (…) aimons-nous les uns les autres tout comme Jésus nous aime, c’est ce qui donne à la communauté et à l’Eglise un rayonnement particulier »

Pardon et réconciliation

En guise de préparation au pardon des péchés et à la sainte Cène, l’apôtre patriarche a évoqué la parabole du fils perdu. De même que dans cette parabole le père a attendu son fils, Jésus attend aussi les croyants. « Jésus est ici en son Eglise et nous tous, membres et frères du ministère, nous souhaitons vous aider à le vivre. » Mais parfois, les frères du ministère et même des apôtres peuvent être un obstacle. « Veuillez accepter alors nos excuses et pardonnez-nous » dit l’apôtre patriarche.

Infos articles

Auteur:
Date:
Mot-clé:

Frank Schuldt, Marcel Korstian
2.06.2019