Écouter la Bible, mais de la bonne manière

Prédication, pastorale et fonctions dirigeantes : toutes trois se réfèrent à la Bible. Cependant, les consignes ne sont pas toujours évidentes : ce que dit la Bible … et ce qu’elle ne dit pas – voici un guide qui n’est pas destiné uniquement aux frères du ministère.

« La doctrine et la vie – Œuvrer conformément aux Écritures » : tel est le titre du texte doctrinal de l’apôtre-patriarche Jean-Luc Schneider actuellement publié dans le magazine des membres « community » ainsi que dans le magazine « Unsere Familie ». L’article avait été publié au départ dans le numéro hors-série 3/2017 des « Pensées directrices » et se réfère à la partie spirituelle de l’assemblée internationale des apôtres de district en octobre 2016.

Transposer dans le présent

« La prédication des apôtres et de tous les autres ministres doit toujours concorder avec le message biblique ! », a clarifié l’apôtre-patriarche. Il s’agit de transposer le texte biblique dans le présent et de le rendre applicable à notre temps. Cela fortifie la foi des hommes, renforce leur confiance en Dieu et approfondit leur connaissance.

L’article cite quelques règles pour l’interprétation :

  • Au premier plan, il y a le Nouveau Testament. La teneur des écrits vétérotestamentaires est pertinente dans la mesure seulement où elle est conforme à l’Évangile.
  • Tout texte doit être lu dans le respect de son contexte.
  • S’agissant des miracles et des paraboles, leur interprétation ne doit pas aller au-delà du sens que Jésus leur donnait. Dans la parabole des mines, par exemple, le salut octroyé par Dieu ne dépend pas de la somme de son propre travail.
  • Une interprétation acceptable nécessite un regard sur le texte originel. Car toutes les traductions de la Bible constituent une interprétation par le traducteur correspondant.
  • Certaines parties du Nouveau Testament ont été rédigées à des époques différentes, les épîtres ont été rédigées à l’attention de différentes Églises. Il s’y reflète donc des situations très différentes.

Une orientation plutôt qu’un oracle

Le président de l’Église exige également d’utiliser la Bible avec précaution lors de la pastorale : en de nombreux endroits, lors d’une visite pastorale, il est de coutume d’ouvrir la Bible « au hasard » pour y lire un passage. « Cette tradition est tout à fait respectable ; elle comporte cependant aussi un certain nombre de risques. » Car il arrive que les fidèles considèrent la parole lue comme une prophétie ou une promesse divine.

Le ministre n’a pas pour mission de révéler l’avenir aux fidèles, mais elle consiste à affermir les fidèles dans leur foi et leur confiance en Dieu. « Ne vaudrait-il pas mieux que le ministre prépare sa visite, en demandant à Dieu de lui suggérer une parole biblique pouvant servir de repère et de guide en matière de pastorale ? »

Ensemble dans l’esprit de Christ

Outre les déclarations doctrinales relatives au salut en Christ, on trouve aussi dans le Nouveau Testament des directives concernant la direction des Églises. Or, cela ne relève pas de la doctrine proprement dite, a souligné l’apôtre-patriarche : ce genre de passages bibliques « résultent directement des conditions de vie propres à cette époque-là et sont valables uniquement dans leur rapport à ces dernières. » Il cite expressément comme exemple concret le rôle de la femme au sein de l’Église.

Par ailleurs, les fonctions dirigeantes n’ont pas de rapport avec l’exercice de pouvoirs ministériels. « À l’évidence, l’apôtre-patriarche et les apôtres de district n’agissent pas par mandat et pouvoir de Jésus-Christ lorsqu’ils prennent des décisions d’ordre organisationnel ou financier. » Quoi qu’il en soit : « Toute personne investie d’une fonction dirigeante, à quelque niveau de l’Église que ce soit, se doit de décider et d’agir dans l’esprit de Christ. »

« Dieu dote l’Église de tous les dons nécessaires », l’apôtre-patriarche Schneider en est convaincu. Certains se déploient au niveau des individus, d’autres seulement dans l’interaction de plusieurs personnes : « À l’époque actuelle, les défis à relever sont si nombreux et complexes qu’aucun responsable de l’Église ne peut s’offrir le luxe de gouverner en monarque absolu ! »

Photo: schulzfoto - Fotolia

Infos articles

Auteur:
Date:
Mot-clé:

Andreas Rother
2.07.2020
Transmission de la doctrine