La vie de communauté en mode numérique

Une appli qui est encore en cours de développement mais qui est déjà très convoitée : personne ne met en doute le fait que l’idée était bonne. Le projet de site web et d’appli « meinegemeinde.digital » entame le second round.

Deux week-ends sans sommeil ont porté leurs fruits : Maximilian et Raphael Mayer, Simon Zebrowski, Julian Zechko et Florian Winkler-Rösler ont réussi à s’imposer, avec leur projet (voir notre article à ce sujet) « meinegemeinde.digital » (« ma communauté numérique », NdT) lors du hackathon organisé par le gouvernement fédéral allemand, contre 1500 autres projets. Le concept de numérisation de la vie de communauté constitue ainsi l’une des vingt équipes gagnantes du concours d’idées en période de coronavirus et entre dans la phase suivante.

Un soutien de la part du gouvernement

Pour le projet, cela signifie désormais qu’il sera soutenu financièrement et par des experts. Les jeunes gens sont heureux de bénéficier d’une aide compétente surtout en ce qui concerne les thèmes juridiques. Ils seront alors en mesure de proposer l’appli au niveau international et dans de nombreuses langues.

Pour le quotidien des développeurs de l’appli, la subvention accordée par le gouvernement ne constitue nullement un allègement de travail, bien au contraire. Grâce au hackathon, l’idée a acquis une telle popularité que les jeunes gens ont été submergés de demandes : « Nous pensions qu’il serait plus difficile de vendre une telle idée », se souvient Maximilian. « Mais c’était une idée qui s’est vraiment vendue toute seule. Les gens qui nous ont contactés voulaient absolument l’avoir. » De nombreuses communautés néo-apostoliques qui ont lu l’article parlant du projet sur nac.today ou sur d’autres sites, mais aussi des communautés d’autres confessions et des groupes d’entraide, les ont déjà contactés. Le concept de l’appli est en place depuis à peine quelques semaines, et plus de 140 personnes sont déjà intéressées.

Puisque les retours ont été tellement positifs, les cinq programmeurs chrétiens ont décidé de poursuivre, alors que tous suivent soit des études soit travaillent à plein temps.

Compléter la vie de communauté en ligne

C’est en réfléchissant à la façon de résoudre le problème de la distance physique au sein de leur communauté, provoqué par la crise du coronavirus, que les développeurs ont eu l’idée de cette appli. Et ils ont remarqué que des communautés de toutes les confessions partageaient ce problème. Avec ce projet de site web et d’appli, les jeunes gens ne souhaitent pas seulement améliorer la situation actuelle, ils souhaitent également compléter l’offre de communication numérique de façon durable. La plateforme en ligne étant très facile d’utilisation, même les membres de l’Église plus âgés ou moins familiarisés avec la technique peuvent utiliser ce lieu de rencontre en ligne. « Il n’est pas question de remplacer une quelconque plateforme existante », explique Maximilian. « Nous voulons simplement compléter l’offre existante. Nous ne souhaitons pas non plus numériser ni l’Église ni les services divins, il s’agit simplement de multiplier les offres et de pouvoir agir en complément de celles déjà existantes. »

Un regard vers l’avenir

Depuis le premier avril, les cinq chrétiens techniquement chevronnés travaillent au niveau national en collaboration avec quatre communautés-tests néo-apostoliques allemandes. Celles-ci ont été sélectionnées parmi le nombre étonnamment grand de candidatures dans le sens où elles ont si possible des structures différentes. Les retours des utilisateurs-tests sont continuellement mis en pratique et, bientôt, d’autres communautés pourront être ajoutées. Par exemple, les utilisateurs-tests ont pu indiquer aux développeurs qu’un plus grand contraste entre la couleur de police et celle du fond permettrait d’améliorer la lisibilité. Dans la prochaine mise à jour, cet aspect a ainsi pu être amélioré. Bientôt, il existera également une fonction tchat codée pour pouvoir partager un entretien pastoral virtuel. Les cinq développeurs ne manquent pas d’idées.

Des possibilités individuelles

Ce qui était jusqu’à présent pensé comme un échange d’informations, a rapidement été utilisé par les communautés-tests pour leurs besoins individuels. L’appli étant faite de façon à ce que chacun puisse s’exprimer à sa guise de manière créative, les conducteurs de communauté peuvent intégrer leurs propres suggestions. Certaines idées ont même surpris les spécialistes : « L’une des communautés a lancé un concours pour les enfants, exhortant les enfants à colorier des dessins sur un thème défini », relate Florian avec fierté. « Les dessins sont ensuite mis en ligne sur la plateforme sur la page de la communauté, ce qui en motivera sans doute plus d’un. »

Infos articles

Auteur:
Date:
Mot-clé:

Katrin Löwen
14.04.2020
Media, Congregational life