Enregistrement de l’allocution du nouvel an en trois langues

Le connaisseur de vin français se rend en Allemagne, où il ne se voit offrir que de l’eau. C’est avec aisance que l’apôtre-patriarche prononce son message aux fidèles – en trois langues : l’allocution du nouvel an 2022 de l’apôtre-patriarche Jean-Luc Schneider est en cours d’enregistrement.

L’équipe de communication est accueillie avec une bonne odeur de café par des membres de l’Église souriants et chaleureux en l’église néo-apostolique de Sachsenhausen (Allemagne). Autre signe accueillant : les fenêtres portent la mention « Viens ». La salle principale de l’église, conviviale et lumineuse, est construite dans un style Bauhaus intemporel.

En raison de la pandémie, le groupe n’a pas pu se rendre à Zurich pour effectuer les enregistrements de l’allocution du nouvel an. Néanmoins, l’apôtre-patriarche était déjà dans la région, à Neu-Isenburg (près de Francfort, Allemagne), pour présider la réunion du conseil d’administration de la maison d’édition Bischoff. Il était donc logique de faire les enregistrements dans la région. Cependant, les bureaux de la maison d’édition n’étaient pas disponibles en raison de travaux de rénovation en cours. Mais la solution était toute trouvée en l’église moderne de Francfort-Sachsenhausen. De plus, la communauté fêtait hier ses 100 ans d’existence.

La mise en place

L’équipe de tournage se réunit vers 10 heures à Sachsenhausen. Il s’agit de trouver la bonne place pour l’enregistrement, et d’installer la caméra ainsi que son trépied et le téléprompteur. Il faut également arranger la décoration florale. Durant plusieurs heures, l’équipe est occupée avec les préparatifs : le son et l’image, la lumière et l’ombre, le premier plan et l’arrière-plan… ensuite, il faut encore tout tester jusque dans les moindres détails.

Dans la maison de Dieu, la température indique environ 16 degrés Celsius. La veille, la chaudière était tombée en panne. Pour les hommes de l’équipe, cette température est juste idéale pour se sentir à l’aise, mais pour la seule femme du tournage, c’est autre chose. Heureusement que Kevin, le caméraman, a emporté une veste chauffante, de sorte que tous puissent se sentir à l’aise.

L’apôtre-patriarche, lui, n’est pas dérangé par de telles températures. Il est de bonne humeur. Après quelques brefs échanges, l’allocution du nouvel an est enregistrée… en allemand, en anglais, en français – exactement dans cet ordre. La langue maternelle est enregistrée en dernier. Bien que le texte en français soit beaucoup plus long sur le papier, l’apôtre-patriarche réussit à le dire en deux fois moins de temps.

Des pannes et des mésaventures

Pratiquement aucune production professionnelle ne s’en passe aujourd’hui : le téléprompteur. Il s’agit d’un ordinateur qui projette un texte sur un miroir, de sorte que la personne filmée puisse lire le texte sans que le texte ne soit visible à l’image et sans que le regard ne passe au-delà de l’objectif de la caméra.

Les années précédentes, l’appareil s’était déjà montré rebelle. Une fois, le texte apparaissait en miroir, une autre fois à l’envers. Cette fois, le texte ne défile pas toujours à la vitesse souhaitée. D’abord, l’apôtre-patriarche s’adapte en parlant de plus en plus vite, jusqu’à ce qu’il éclate de rire parce qu’il n’arrive vraiment plus à suivre – tandis que l’équipe à l’arrière tente désespérément d’arrêter le défilement du texte.

Aucun problème, nous allons juste recommencer. L’apôtre-patriarche n’a pas besoin de manger entre deux prises. Quelques lapsus plus tard, il aspire néanmoins en soupirant à un verre de vin rouge. Mais ici, il n’y a que de l’eau et des biscuits.

« Ensemble avec Christ » : c’est la devise de l’année 2022. Dans la vidéo, l’apôtre-patriarche explique la devise en énumérant les points sur les doigts d’une main. Cependant, comment énumérer « premièrement, deuxièmement, troisièmement, quatrièmement » ? Faut-il commencer à compter avec le pouce ou avec l’index ? Cela ne dépend pas seulement de sa propre dextérité, mais également du contexte culturel dont on est issu. Le président de l’Église, lui, maîtrise parfaitement l’exploit en énumérant avec aplomb – différemment en fonction de la langue. Les spectateurs le remarqueront-ils ?

Une réussite commune

C’était rapide, tout est dans la boîte. Ou plus précisément sur deux supports de stockage indépendants, pour plus de sécurité. Il faut maintenant encore tout démonter. Tout doit être rangé pour garantir un transport sûr. L’apôtre-patriarche retourne en France, où, espérons-le, l’attendra un bon verre de vin rouge bien mérité après le travail.

Pour autant, le travail est loin d’être terminé : il faut maintenant faire le montage vidéo, placer les sous-titres et créer les génériques de début et de fin. Pour voir à quoi ressemblera le résultat, il faudra attendre le 1er janvier 2022 et regarder l’allocution du nouvel an – sur nac.today, nak.org, Facebook et YouTube.

Infos articles

Auteur:
Date:
Mot-clé: