Soyez prudents, je vous en conjure !

Rendre Internet meilleur et plus sûr : une démarche vouée à l’échec en 2019 ? Tout un chacun peut y contribuer, en observant des conseils très actuels et d’autres, séculaires, empruntés à la Bible !

« Ensemble pour un Internet meilleur » : telle est la devise internationale du SID, du « Safer Internet Day », la journée pour un Internet plus sûr. Dans plus de 140 pays, des activités sont organisées à l’occasion de cette journée d’action dans les écoles et les entreprises. Des conférences de presse et des contributions vidéo sur les réseaux sociaux complètent cette offre hors ligne et en ligne.

La palette des thèmes de cette initiative est vaste : il y va presque toujours de la sphère privée, des droits de la personne et de protection contre le racket, l’accent étant mis plus spécialement sur la protection des enfants et des adolescents. Il est question de harcèlement, d’extrémisme, de fake-news ou encore de manipulation psychologique en ligne. Pratiquement aucun internaute n’y échappe. Les nombreuses initiatives lancées dans les différents pays proposent des conseils, des idées et des aides concrètes.

Soyez prudents, je vous en conjure !

Interpellé au cours d’une journée de jeunesse, vers le milieu de l’année 2017, au sujet des média sociaux, l’apôtre-patriarche Jean-Luc Schneider a cité quatre dangers : l’édification d’un monde virtuel, la surévaluation de l’ego, le nivellement des valeurs et l’atteinte à la dignité humaine. Et d’indiquer immédiatement aussi les raisons de ses mises en garde : « Soyez prudents, je vous en conjure ! », avait-il alors lancé en conclusion aux jeunes chrétiens.

Le Guide des média sociaux

Nos relations avec autrui doivent être empreintes d’estime et de respect, sincères, transparentes et authentiques. Cela devrait aller de soi pour un chrétien. Cependant, à l’ère des personnalités virtuelles, des surnoms et des profils en ligne, il est pertinent de se poser la question de savoir comment appliquer concrètement ces exigences dans les média sociaux.

Dans l’avant-propos du Guide des média sociaux de l’Eglise néo-apostolique, il est dit : « Les ministres et les collaborateurs de l’Église ainsi que les membres des communautés qui professent leur foi et s’en réclament légitimement aussi en ligne doivent savoir quelle est la position de l’Église néo-apostolique à l’égard des activités dans les médias sociaux. Il est important que tous aient pleinement conscience de la portée de leurs propos et se comportent – conformément à l’Évangile – de façon respectueuse. »

Le respect

Le respect est l’une des demandes formulée par l’initiative « Safer Internet Day » : « Engage-toi en ayant conscience de tes responsabilités, fais preuve de respect, d’esprit critique et créatif, quand tu es en ligne », est-il dit. C’est là un bon conseil, dont l’application pose cependant quelques difficultés. Quelle est la limite du bon mot ? Quand blesse-t-il le prochain ? Si certaines choses sont évidentes, d’autres nécessitent une réflexion approfondie.

C’est là un sujet fort ancien, comme en témoigne ce passage d’une épître de l’apôtre Pierre : « Ne rendez point mal pour mal, ou injure pour injure […]. Si quelqu’un, en effet, veut aimer la vie et voir des jours heureux, qu’il préserve sa langue du mal et ses lèvres des paroles trompeuses » (I Pierre 3 : 9-10)

Et une autre évidence s‘impose ainsi : La foi chrétienne n’est pas réservée à l’usage du seul chrétien, elle est utile aussi à la communauté dont il fait partie.



Photo : Marcel Kusch/klicksafe

Infos articles

Auteur:
Date:
Mot-clé:

Oliver Rütten
5.02.2019
Médias, Vie des communautés