Redécouvrir sa propre langue maternelle

Une langue universelle pour tous ? Oublier sa langue maternelle ? Est-ce seulement possible ? Bien sûr ! Heureusement, il existe une solution commune à ces deux problèmes. Voici une réflexion à l’occasion de la Journée mondiale de la langue maternelle.

Ne serait-ce pas fantastique de voyager autour de la terre et de pouvoir parler à toutes les personnes que l’on rencontrerait dans leur propre langue maternelle ? Il faudrait malheureusement plusieurs vies pour apprendre les quelque 7100 langues qui sont actuellement parlées à travers le monde – sans compter les dialectes.

Des tentatives ont même déjà été faites pour introduire des langues construites artificiellement telles que l’esperanto, qui signifie « celui qui espère ». Or, l’idée d’enseigner la même langue à tous les hommes sur la terre s’est révélée comme une entreprise totalement désespérée.

Une langue unique pour tous

Il existe cependant une langue que chacun peut comprendre et articuler, qui est la langue de l’amour. Dieu est amour – et nous avons été créés à son image.

Le problème, c’est que la chute dans le péché nous a conduits à oublier une bonne partie de notre « langue maternelle » d’origine. Bien que quelques restes nous semblent encore vaguement familiers, notre connaissance de cette langue est fragmentée et incomplète. Nous en sommes plutôt arrivés à apprendre la langue de notre propre nature pécheresse, qui est de loin beaucoup plus facile pour nous.

La langue maternelle : perdue …

Lorsque j’étais enfant, mes parents – qui avaient quitté l’Allemagne pour émigrer au Canada – m’ont dit de ne parler qu’en allemand dans un premier temps. Ils étaient très sévères sur ce point, l’allemand est donc devenu ma langue maternelle, la langue de ma patrie. J’ai même appris à la lire et à l’écrire.

Puisque nous vivions au Canada, j’ai cependant aussi dû apprendre l’anglais avant de pouvoir aller à l’école. Lorsque je suis arrivé dans la deuxième classe, j’avais presque oublié l’allemand dans mon entourage anglophone. Et je n’avais d’ailleurs même plus envie d’utiliser cette langue puisqu’aucun de mes amis ne la comprenait.

À noter toutefois : J’ai continué à prier en allemand longtemps après avoir atteint l’âge adolescent. La plupart du temps, il s’agissait de formulations anciennes et familières, des vestiges d’une enfance depuis longtemps oubliée. Je n’avais cependant aucune idée comment formuler mes propres phrases. Certaines personnes de langue maternelle allemande étaient même d’avis que je n’y arriverais jamais plus.

… puis retrouvée

Ce n’est qu’en allant à l’université et en prenant quelques cours en langue allemande que tout m’est revenu. Malgré tout, je ne me sentais pas sûr de moi. Au début, je n’étais pas très à l’aise lorsque je parlais en allemand à quelqu’un, et j’étais loin de ma « zone de confort ». Souvent, en cherchant un mot, il ne me venait que le terme en anglais à l’esprit. Tout ce que je pouvais faire était de persévérer.

J’ai mis de nombreuses années à réapprendre ma propre langue maternelle. Et, même aujourd’hui, je sais que je ne connaîtrai jamais chaque mot avec son vocabulaire, peu importe le nombre d’années pendant lesquelles je m’y exercerai. En fait, personne ne peut jamais connaître tous les mots d’une langue. C’est un exercice de toute une vie d’apprendre déjà une seule langue.

Apprendre avec l’enseignant parfait

Pour nous aider à nous rappeler de tout ce que nous avons oublié à cause de la chute dans le péché, Dieu nous a envoyé l’enseignant parfait : Jésus-Christ. Sa vie et son exemple nous donnent toutes les instructions dont nous avons besoin. Il existe même une description détaillée de cet amour en I Corinthiens 13, où l’apôtre Paul souligne en détail ce que cela signifie réellement cet exercice. Et on pourrait dire encore beaucoup de choses sur ce thème.

À première vue, un tel standard élevé peut sembler impossible à atteindre, et le malin va même tenter de nous faire croire que nous n’y parviendrons jamais. Cependant, n’oublions jamais que l’amour de Dieu a été « déversé par le Saint-Esprit dans nos cœurs ». Nous ferons des erreurs, nous retournerons à notre ancienne nature et nous aurons envie de renoncer, mais Dieu continuera de nous enseigner patiemment lors des services divins, de partager la nature de Christ avec nous dans la sainte cène et de nous renvoyer dans le monde pour appliquer ce que nous aurons appris.

Surtout, ne jamais renoncer

Cela peut, dans un premier temps, sembler inconfortable de témoigner de l’amour de Christ et de le mettre en pratique. Or, plus nous aurons le courage de quitter notre zone de confort en faisant l’effort, plus cela nous semblera facile. Et les gens réagiront !

Bien sûr, nous ne maîtriserons pas cette langue seuls, même après toute une vie d’efforts. Cependant, notre Dieu nous accordera la perfection par sa grâce, lorsqu’il enverra son Fils. Nous serons alors directement introduits dans le royaume des cieux.

Nous ne serons pas seulement capables de parler à tous les autres dans la même « langue maternelle », nous trouverons également tout naturel de nous entretenir avec le bon Dieu en toute éternité.

N’arrêtons jamais d’apprendre !



Photo : Olivier Le Moal - stock.adobe.com

Infos articles

Auteur:
Date:
Mot-clé:

Sam Mueller
21.02.2020