Enseignant, modèle, frère

Qu’est-ce qui caractérise un bon enseignant ? Une bonne dose de patience, certainement beaucoup de compréhension à l’égard de ses élèves et beaucoup d’énergie. En ce qui concerne la foi, l’effet de modèle est essentiel : on se souviendra longtemps de celui qui vit à l’image de ce qu’il enseigne.

En ce début d’année, nous avons à nouveau reçu une nouvelle devise annuelle. Pour l’année 2021, l’apôtre-patriarche Jean-Luc Schneider a intitulé sa devise annuelle avec l’exclamation suivante : « Christ – notre avenir ». Cette certitude doit accompagner les communautés durant toute l’année, de la même manière que le Seigneur est aussi toujours auprès des siens. Le président de l’Église s’est exprimé à ce sujet : « Nous entamons cette nouvelle année avec une certitude : Jésus revient bientôt ! Nous continuons à nous préparer en vue du retour de Jésus en recherchant la communion avec lui et en nous orientant selon son enseignement. Dans les communautés, nous voulons nous concentrer sur l’essentiel : nous avons le même but ! » Ainsi, quoi que nous apporte la nouvelle année : Jésus-Christ nous accompagnera.

Le deuxième dimanche : Jésus, maître et modèle

Le second dimanche marque le début d’une nouvelle série thématique dans les Pensées directrices qui servent de base aux services divins : « Christ avec nous ». Il est tout d’abord le maître, le modèle. Durant son existence terrestre, il parlait et agissait avec l’autorité divine. Il n’a pas cherché sa propre gloire, mais il a enseigné la volonté de Dieu en lui rendant gloire à lui seul : « Jésus leur répondit : Ma doctrine n’est pas de moi, mais de celui qui m’a envoyé. » (Jean 7 : 16).

Cependant, ses dogmes n’étaient jamais théoriques. Il agissait lui-même en conformité avec ceux-ci, ce qui peut s’illustrer par les nombreuses rencontres inhabituelles qu’il a eues avec d’autres personnes. C’est en même temps une indication pour quiconque veut être son élève : suis son enseignement et recherche constamment la communion avec lui. Alors, l’élève pourra également devenir un maître.

Le troisième dimanche : Jésus, le frère

Au cours du troisième dimanche, la prédication porte sur : « Jésus, notre frère ». Jésus est un frère parmi les frères et sœurs, il n’en a point honte. Au contraire : il partage leurs joies et leurs peines et il est solidaire avec eux en toutes circonstances. Jésus, le frère, prend au sérieux le moindre de leurs soupirs, il partage leurs moindres inquiétudes. Il défend ses frères et sœurs lorsqu’ils sont faibles. Leurs péchés n’ont aucune influence sur l’amour qu’il leur porte.

Le quatrième dimanche : Jésus accorde la foi

Jésus accorde la foi et l’affermit pour ceux qui le lui demandent – c’est sur ce titre qu’est basée la prédication du quatrième dimanche. Il est évidemment très clair : la foi est toujours soumise aux tentations. Le doute attaque l’âme, en particulier dans les périodes accablantes. Or, c’est précisément la foi accablée que le Seigneur souhaite affermir par la prière, par la proclamation de l’Évangile, par le pardon des péchés et la sainte cène et par la communion avec d’autres chrétiens.

Le cinquième dimanche : Christ rend libre !

Le dernier dimanche du mois de janvier est encore l’occasion d’une rétrospective sur la devise de l’an dernier : « Christ rend libre ! ». En Jean 8 : 36, il est dit : « Si donc le Fils vous affranchit, vous serez réellement libres. » Il s’agit ainsi de la « véritable liberté ». Cela n’est pas à comprendre de manière philosophique, mais c’est une question de foi. Les chrétiens croient que le salut est rendu possible grâce à Jésus-Christ, grâce à son sacrifice et sa résurrection ! Il est venu pour délivrer de la servitude du péché ceux qui croient en lui. La véritable liberté chrétienne se déploie par le fait d’aimer et de servir selon le modèle de Christ.

Infos articles

Auteur:
Date:
Mot-clé:

Peter Johanning
5.01.2021
Divine service